LE DIRECT
Le commissaire européen aux affaire économiques, Pierre Moscovici, a justifié aujourd'hui à Strasbourg le rejet du budget italien

La Commission européenne rejette le budget italien, une mesure inédite dans l'histoire de l'UE

19 min

Bruxelles reproche à la coalition populiste au pouvoir à Rome un dérapage budgétaire "revendiqué". Le gouvernement italien prévoit un déficit public de 2,4% du PIB en 2019, trois fois plus que les prévisions budgétaires du précédent gouvernement de centre gauche.

Le commissaire européen aux affaire économiques, Pierre Moscovici, a justifié aujourd'hui à Strasbourg le rejet du budget italien
Le commissaire européen aux affaire économiques, Pierre Moscovici, a justifié aujourd'hui à Strasbourg le rejet du budget italien Crédits : FREDERICK FLORIN - AFP

Ce soir, les dirigeants populistes italiens maintiennent leur projet de budget, malgré le rejet de Bruxelles. "Ils ne sont pas en train de s'attaquer à un gouvernement mais à un peuple", a réagi le chef de la Ligue, Matteo Salvini. Dossier dans ce journal avec Quentin Dickinson au Parlement européen à Strasbourg et Olivier Tosseri à Rome.

Le meurtre de Jamal Khashoggi a été prémédité, affirme Recep Tayyip Erdogan. Le président turc demande des comptes à Ryad sur la mort de l'opposant saoudien il y a trois semaines dans l'enceinte du consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul. Anne Andlauer nous appellera de Turquie.  

7000 migrants d'Amérique centrale en route vers les Etats-Unis, une aubaine électorale pour Donald Trump, un problème majeur pour le Mexique. La caravane de migrants se trouve actuellement en territoire mexicain, dans l'Etat du Chiapas au sud du pays. La correspondance d'Emmanuelle Steels à Mexico.  

Quand l'ONU critique une loi française. Le Comité des droits de l'homme des Nations Unies "condamne" la France pour avoir verbalisé des femmes porteuses du voile islamique intégral. Une condamnation qui n'a aucun effet contraignant pour les autorités françaises. Les explications d'Omar Ouahmane dans cette édition.  

Le Premier ministre Edouard Philippe recadre les députés de la République en marche, qui disposent de la majorité absolue à l'Assemblée. Plusieurs marcheurs ont fait adopter des amendements contre l'avis du gouvernement. Le reportage d'Alexandra du Boucheron.

À venir dans ... secondes ...par......