LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ce dimanche 11 octobre à  Gandja, au Haut-Karabagh, des habitants attendent le résultat des fouilles des bâtiments détruits par des bombardements de la nuit précédente.

Au Haut-Karabagh, pas encore d'échanges de prisonniers et une trêve humanitaire violée dans la deuxième ville de la région séparatiste.

10 min

Des sauveteurs qui fouillent des ruines à la recherche de victimes civiles dans des bâtiments détruits par les bombardements de la nuit à Gandja, deuxième ville du Haut-Karabagh. Aujourd'hui encore, des habitants ont pleuré les morts dus à des tirs en violation complète de la trêve humanitaire.

Ce dimanche 11 octobre à  Gandja, au Haut-Karabagh, des habitants attendent le résultat des fouilles des bâtiments détruits par des bombardements de la nuit précédente.
Ce dimanche 11 octobre à Gandja, au Haut-Karabagh, des habitants attendent le résultat des fouilles des bâtiments détruits par des bombardements de la nuit précédente. Crédits : Bulent Kilic - AFP

Bakou et  Erevan continuent de s'accrocher au cessez-le feu trouvé dans la nuit  de vendredi à samedi sous l'égide de Moscou. C'est en tout cas le message passé en haut-lieu au Kremlin. Pourtant, cette trêve a été mise à mal ces dernières heures par des bombardements qui ont tué une dizaine de civils -le bilan varie selon les sources-. La cible était Gandja, la deuxième ville du Haut-Karabagh. 

Au Royaume-Uni, de nouvelles mesures sanitaires seront annoncées demain par Boris Johnson au parlement de Westminster. Une prise de parole qui sera notamment scrutée par les élus de tout bords, du  Nord de l'Angleterre. Dans cette région densément peuplée et pauvre, les maires travaillistes ont refusé le plan de soutien annoncé vendredi par le ministre des Finances. Plan insuffisant aussi pour les députés conservateurs du territoire. Et les annonces de demain, ne devraient rien arranger pour des habitants qui s’attendent à une double peine.

La droite et l’extrême droite se sont emparé aujourd'hui du fait d'actualité concernant Champigny-sur-Marne dans le Val de Marne. Le  commissariat de la ville a été attaqué la nuit dernière par une quarantaine d'individus munis de mortiers et de barres de fer. Cet hôtel de police se situe dans une cité sensible, celle du  Bois l'Abbé. Les appels à plus de fermeté se sont donc multipliés.  La présidente de la région Ile de France Valérie Pécresse a fait le déplacement à Champigny ce midi. Elle n'est guère surprise du scénario de la nuit passée et  réclame la mise en place de policiers municipaux dans toutes les villes de la banlieue parisienne. Mardi, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin annoncera de nouvelles mesures en matière de sécurité aux syndicats de policiers.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......