LE DIRECT
La chute est vertigineuse au regard des scrutins précédents, avec 50% de participation en 2015, et près de 80% si l'on remonte à 1986.

65,5% d’abstention : près de 2/3 du corps électoral a boudé les urnes pour le second tour des élections régionales et départementales selon les estimations d'Ipsos

9 min

L'abstention s'annonce record pour le second tour des régionales et des départementales. Ipsos l'estime à 65,5%, c'est un point de moins que la semaine passée.

La chute est vertigineuse au regard des scrutins précédents, avec 50% de participation en 2015, et près de 80% si l'on remonte à 1986.
La chute est vertigineuse au regard des scrutins précédents, avec 50% de participation en 2015, et près de 80% si l'on remonte à 1986. Crédits : GUILLAUME SOUVANT - AFP

65.5% d'abstention selon Ipsos. Près de 2/3 du corps électoral a boudé les urnes aujourd’hui, pour le second tour des élections régionales et départementales. C'est 1% de moins que la semaine passé pour le premier tour. Le sursaut espéré par de nombreuses formations politiques n'aura donc pas lieu. Et avec un peu de recul, la chute est vertigineuse au regard des scrutins précédents, avec 50% de participation en 2015, et près de 80% si l'on remonte à 1986. Alors ce dimanche, en Loire-Atlantique comme ailleurs, peu de succès pour les isoloirs, malgré une quadrangulaire à suspens. On retrouve Rosalie Lafarge à Nantes. 

.
. Crédits : Visactu
.
. Crédits : Visactu

Les autres titres de l'actualité

L'Indonésie joue les cobayes pour lutter contre un des fléau auxquels sera rapidement confronté l’humanité selon un rapport du GIEC cette semaine : les maladies transmissibles par les moustiques.  Une nouvelle méthode vient donc d’être testée en Indonésie, où, pour lutter contre la dengue, des chercheurs ont utilisé une bactérie à l’effet redoutable : 77% de contamination en moins ont été notés sur la ville test. Les explications de Gabrielle Maréchaux. 

En Haïti, des gangs continuent de se faire la guerre dans l’ouest de la capitale Port-au-Prince. Au niveau du quartier défavorisé de Martissant, la route nationale est désertée et rares sont les usagers à s’y risquer. Et cette situation empêche notamment la distribution de carburants à travers le pays avec des conséquences très lourdes, particulièrement pour le secteur médical où des services menacent de fermer, en pleine épidémie de Covid. Les précisions d'Amélie BARON depuis Port au Prince

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......