LE DIRECT
"Il faut relativiser et ne rien banaliser" a déclaré Emmanuel Macron le 10 juin 2021.

Pour avoir giflé le président : 18 mois de prison, dont 4 ferme

20 min

4 mois de prison ferme pour l'homme qui a giflé le président. Il était jugé en comparution immédiate à Valence.

"Il faut relativiser et ne rien banaliser" a déclaré Emmanuel Macron le 10 juin 2021.
"Il faut relativiser et ne rien banaliser" a déclaré Emmanuel Macron le 10 juin 2021. Crédits : Francois Mori - AFP

Une claque qui lui coûte 18 mois de prison dont 14 avec sursis. Le tribunal correctionnel de Valence a condamné cet après midi l'homme qui avait giflé le président de la République, mardi. Un peu plus tôt, le procureur de la République de Valence avait requis 18 mois de prison, pour violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique.

Les autres titres du journal 

Le Conseil d'Etat demande au ministère de l'intérieur de revoir sa copie !  La plus haute juridiction administrative annule plusieurs dispositions phares du schéma national du maintien de l'ordre, publié en septembre 2020 par Gérald Darmanin, et qui s'applique à toutes les manifestations qui se tiennent sur le territoire français. Parmi les mesures annulées, l'obligation faite aux journalistes de quitter les lieux lors de la dispersion des manifestations, les conditions de port d'équipements de protection pour ces mêmes journalistes, et surtout la "technique de la nasse". 

En amont du Sommet du G7 qui s'ouvre demain au Royaume-Uni, Emmanuel Macron donne une conférence de presse depuis l'Elysée, sur les grands sujets de politique étrangère. Il a commencé par défendre le multilatéralisme, avant d'évoquer la crise sanitaire du COVID 19, et l'aide vaccinale à apporter aux pays les plus pauvres.  Il appelle les laboratoires à donner 10% de leurs doses.  On écoute un extrait de l'intervention du chef de l'Etat.

Aux Etats Unis, le géant mondial de la viande JBS reconnait avoir payé une rançon de 11 millions de dollars, à des pirates informatiques, après la cyberattaque qui avait visé ses serveurs en début du mois. La filiale américain de ce groupe brésilien a préféré payer afin de garantir la sécurité des données de l’entreprise.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......