LE DIRECT
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, suivi par son secrétaire d'Etat Laurent Nuñez, avant une conférence de presse le 8 juin à Paris

Christophe Castaner et les syndicats de police au bord de la rupture

20 min

Christophe Castaner est-il en train de perdre la confiance des policiers ? Les premiers rendez-vous entre le ministre de l'Intérieur et les syndicats de police se sont mal passés. Les policiers se sentent lâchés par leur ministre de tutelle dans le débat sur les violences policières.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, suivi par son secrétaire d'Etat Laurent Nuñez, avant une conférence de presse le 8 juin à Paris
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, suivi par son secrétaire d'Etat Laurent Nuñez, avant une conférence de presse le 8 juin à Paris Crédits : ISA HARSIN / POOL - AFP

La fronde policière contre Christophe Castaner prend de l'ampleur. A Nice hier soir comme à Toulon aujourd'hui, des dizaines de policiers ont manifesté leur colère en déposant leurs menottes à terre. Ils voulaient dénoncer les dernières initiatives du ministre de l'Intérieur. La technique dite de l'étranglement est désormais interdite en interpellation. Un policier pourra être suspendu en cas de "soupçon avéré" de racisme. Enfin, l'interdiction de manifester ne s'applique plus lorsque une "émotion mondiale dépasse les règles juridiques", dixit Christophe Castaner en référence à la mort de George Floyd aux Etats-Unis. C'est dans ce contexte chahuté que le ministre reçoit cette semaine les syndicats de policiers. "Christophe Castaner a perdu la confiance des policiers", vient d'affirmer le syndicat Unité-SGP-FO à la sortie de son rendez-vous place Beauvau. Son secrétaire général Yves Lefebvre appelle tous les policiers français à déposer leurs menottes devant les commissariats ce soir.

Des dizaines de policiers déposent leurs menottes devant la préfecture de Bobigny (Seine-Saint-Denis) ce jeudi 11 juin 2020
Des dizaines de policiers déposent leurs menottes devant la préfecture de Bobigny (Seine-Saint-Denis) ce jeudi 11 juin 2020 Crédits : THOMAS COEX - AFP

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

On saura en fin de semaine si le deuxième tour des élections municipales se tiendra effectivement le 28 juin prochain. Avec le reflux de l'épidémie en métropole, le maintien du scrutin est l'hypothèse la plus probable. La situation est différente en Guyane. Dans le département français d'Amérique latine, le nombre de cas positifs de Covid-19 a explosé cette semaine avec le déconfinement : 917 cas contre 144 le mois dernier. La situation est suffisamment inquiétante pour que des voix s'élèvent pour demander le report du second tour des municipales en Guyane. Les explications de Pierre Neveux.

Polémique autour des profs "décrocheurs", ces enseignants qui n'auraient pas fait cours à distance pendant le confinement.  Jean-Michel Blanquer avait évoqué les chiffres de 4 à 5% de profs "décrocheurs". Les syndicats contestent et dénoncent ce constat du ministre de l'Education. D'autant plus que ces chiffres intégreraient les arrêts maladie. Le point avec Hakim Kasmi

La crise économique provoquée par la pandémie n'épargne aucun géant du transport aérien, fût-il allemand. La Lufthansa veut supprimer 22 000 emplois dans le monde, soit 16% de ses effectifs. La correspondance de Ludovic Piedtenu à Berlin.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......