LE DIRECT
La ville de Dresde après les bombardements alliés de février 1945. Le Kaiserpalast, au centre, est encore debout. Les ruines seront démolies en 1951.

Allemagne : l'extrême droite crée la polémique autour du 75e anniversaire des bombardements de Dresde

20 min

Quand la politique instrumentalise l'histoire. L'AFD (Alternative für Deutschland) conteste le bilan des bombardements de Dresde en février 1945. Le parti d'extrême droite avance le chiffre de 100 000 morts sous les bombes alliées, quatre fois plus que les estimations des historiens.

La ville de Dresde après les bombardements alliés de février 1945. Le Kaiserpalast, au centre, est encore debout. Les ruines seront démolies en 1951.
La ville de Dresde après les bombardements alliés de février 1945. Le Kaiserpalast, au centre, est encore debout. Les ruines seront démolies en 1951. Crédits : LEEMAGE - AFP

L'Allemagne commémore aujourd'hui le 75e anniversaire des bombardements de Dresde. Du 13 au 15 février 1945, 3900 tonnes de bombes alliées s'abattaient sur la capitale de la Saxe.  Les Américains et le Britanniques soupçonnent alors les Nazis de préparer un déplacement de troupes vers le Front de l'Est, proche de Dresde. La ville sera quasiment rasée, et les bombardements feront au moins 25 000 morts selon les derniers travaux des historiens. Un bilan contesté par l'AFD. Le principal parti de l'extrême droite allemande affirme qu'il y a eu 100 000 morts à Dresde. Et il dénonce au passage "la culture de la repentance" qui sévirait en Allemagne. Le président allemand Frank-Walter Steinmeier accuse lui l'AFD de manipuler l'Histoire. La correspondance à Berlin de Ludovic Piedtenu.

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier lors de son discours à Dresde pour le 75e anniversaire des bombardements de la ville
Le président allemand Frank-Walter Steinmeier lors de son discours à Dresde pour le 75e anniversaire des bombardements de la ville Crédits : JENS BUTTNER / DPA-ZENTRALBILD / DPA PICTURE-ALLIANCE - AFP
Écouter
1 min
Ludovic Piedtenu explique pourquoi l'extrême droite remet en cause le bilan des bombardements de Dresde

La Turquie envoie des renforts militaires en Syrie et promet de frapper les jihadistes qui tiennent la province d'Idleb. Le président Erdogan semble vouloir calmer le jeu avec la Russie qui lui reprochait de ne rien faire contre "les terroristes d'Idleb". Anne Andlauer nous appellera d'Istanbul.  

Le dossier de ce journal sera consacré à Kirkenes, petite ville de 10 000 habitants dans le grand nord norvégien. Le port de Kirkenes pourrait profiter du réchauffement climatique avec l'ouverture d'une nouvelle voie maritime dans l'Arctique. Le reportage de Frédéric Faux.  

En France, les partenaires sociaux restent divisés sur la réforme des retraites. La réunion d'aujourd'hui à Matignon a révélé d'importants désaccords sur la question de la pénibilité. Nous ferons le point avec Catherine Petillon.  

Enfin, nous évoquerons avec Hakim Kasmi le grand oral du nouveau bac à la fin de la terminale : 20 minutes de préparation pour 20 minutes d'examen devant deux enseignants.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......