LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan à l'issue d'un conseil des ministres, à Ankara le 9 juin 2020 / Le président français Emmanuel Macron au septième sommet des pays méditerranéens MED7, le 10 septembre 2020 à Porticcio, en Corse.

Le président turc appelle au boycott des produits français

19 min

Suite aux déclarations d'Emmanuel Macron sur la liberté de caricaturer Mahomet, le président turc Recep Tayyip Erdogan l'accuse de diriger une "campagne de haine contre les musulmans".

Le président turc Recep Tayyip Erdogan à l'issue d'un conseil des ministres, à Ankara le 9 juin 2020 / Le président français Emmanuel Macron au septième sommet des pays méditerranéens MED7, le 10 septembre 2020 à Porticcio, en Corse.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan à l'issue d'un conseil des ministres, à Ankara le 9 juin 2020 / Le président français Emmanuel Macron au septième sommet des pays méditerranéens MED7, le 10 septembre 2020 à Porticcio, en Corse. Crédits : Adem ALTAN, Ludovic Marin - AFP

L'ambassadeur de France au Pakistan a été convoqué par Islamabad. On sait que le blasphème est un sujet incendiaire dans le pays, et les paroles d'Emmanuel Macron, rappelant qu'en France, on a toute liberté de caricaturer Mahomet ne sont pas passées. Mais c'est de Turquie que viennent aujourd'hui les critiques les plus virulentes. Recep Tayyip Erdogan qui avait mis en question , ce week-end, la « santé mentale » de son homologue français,  appelle désormais ses citoyens à boycotter les produits français.

Les autres titres du journal de 18h

Peut-on dialoguer avec les djihadistes ? Pour la France, c'est clairement non. Le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian l'a répété aujourd'hui à Bamako. Mais le gouvernement malien de transition n'est pas sur la même ligne. "Les conclusions des pourparlers nationaux  (...) ont très clairement indiqué la nécessité d'une offre de dialogue à ces groupes armés", déclare le Premier ministre par intérim Moctar Ouane.

Au procès des attentats de janvier 2015, la Cour d'assises spéciale de Paris interroge Ali Riza Polat, l'accusé sur lequel pèsent les charges les plus lourdes. Jugé pour "complicité" de crimes terroristes, il risque la réclusion criminelle à perpétuité. Mais si l'accusé veut bien reconnaître qu'il est un "bandit", il jure ne pas avoir de sang sur les mains. Il déclarait ce matin : "Vous voulez un coupable, mais ça ne va pas être moi". Et cet après midi, sa mère et son frère sont venus lui apporter leur soutien.

Y a-t-il une autre solution que le reconfinement pour freiner la deuxième vague de Covid 19 en France ?  Le couvre-feu imposé à 46 millions de Français n'a pour l'instant pas suffi, et il semble de plus en plus probable que de nouvelles restrictions seront bientôt annoncées. Un conseil restreint de défense et de sécurité nationale se réunira demain matin.  A la suite du président de la région Grand Est, des élus réclament une concertation pour adapter les mesures à venir aux situations locales.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......