LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Action du groupe militant Avaaz devant le Parlement européen après l'annonce des résultats des élections législatives européennes à Bruxelles le 26 mai 2019.

Nouveaux rapports de force au Parlement européen

20 min

Au lendemain des élections, un nouveau Parlement européen se dessine. Avec l'affaiblissement du PPE et des sociaux-démocrates, et avec la poussée des nationalistes et des écologistes, difficile de dire qui prendra les postes clé des institutions européennes.

Action du groupe militant Avaaz devant le Parlement européen après l'annonce des résultats des élections législatives européennes à Bruxelles le 26 mai 2019.
Action du groupe militant Avaaz devant le Parlement européen après l'annonce des résultats des élections législatives européennes à Bruxelles le 26 mai 2019. Crédits : JOHN THYS - AFP

A l'issue du scrutin européen, qui a plus mobilisé que prévu, on assiste à une reconfiguration du parlement européen. Les deux principaux groupes, le PPE et les sociaux démocrates, sont affaiblis, même s'ils restent en tête, (avec respectivement 175 et 148 sièges). La montée des nationalistes eurosceptique et celle des écologistes devraient compliquer les discussions qui s'ouvrent sur les postes-clé des institutions européennes. Les dirigeants du PPE réclament le poste de président de la Commission pour leur chef de file, le chrétien démocrate allemand Manfred Weber, mais aucune famille politique n'est suffisamment forte aujourd'hui pour que son candidat s'impose.  Les négociations s'annoncent ardues.

Les autres titres du journal de 18 heures

En France, Le RN arrive en tête, la liste de la République en marche juste derrière... et la droite accuse le coup. Le parti Les Républicains réunit son bureau politique, après sa défaite.

Alors que son parti est arrivé largement en tête hier, le chancelier autrichien Sebastian Kurz est renversé par le parlement. Conséquence du scandale de l'Ibizagate, qui a fait explosé la coalition gouvernementale.

Renault et Fiat Chrysler discutent d'une fusion. Une alliance qui pourrait donner naissance au troisième constructeur automobile mondial. Paris et Rome voient ce projet d'un bon œil.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......