LE DIRECT
La police espagnole tente de disperser des migrants à la frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Ceuta le 18 mai 2021 à Fnideq. Au moins 5000 migrants, un afflux sans précédent à un moment de forte tension entre Madrid et Rabat.

Après l'arrivée de milliers de migrants à Ceuta, la crise diplomatique entre l’Espagne et le Maroc s'aggrave

20 min

Après l'afflux de plusieurs milliers de migrants dans l'enclave espagnole de Ceuta. le premier ministre Pedro Sanchez promet d'y rétablir l'ordre et qualifie l'événement de "grave crise pour l'Espagne et pour l'Europe".

La police espagnole tente de disperser des migrants à la frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Ceuta le 18 mai 2021 à Fnideq. Au moins 5000 migrants, un afflux sans précédent à un moment de forte tension entre Madrid et Rabat.
La police espagnole tente de disperser des migrants à la frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Ceuta le 18 mai 2021 à Fnideq. Au moins 5000 migrants, un afflux sans précédent à un moment de forte tension entre Madrid et Rabat. Crédits : FADEL SENNA - AFP

Le premier ministre espagnol a annulé un voyage à Paris pour se rendre à Ceuta. Les relations diplomatiques se sont tendues entre Madrid et Rabat depuis fin avril, et l'accueil par l'Espagne du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario. Pour manifester son mécontentement,  le Maroc a laissé passé quelque 6 000 migrants de l'autre côté de la frontière, dans l'enclave de Ceuta. L'Espagne a répliqué aujourd'hui en renvoyant une partie des migrants vers le Maroc.

Les autres titres du journal de 18h

Grève générale inédite des Arabes israéliens et des Palestiniens pour dénoncer l'occupation israélienne et les bombardements dans la bande de Gaza. A Jérusalem, les manifestants ont été violemment dispersés par la police. Reportage de Sami Boukhelifa.

La manifestation des policiers prévue demain devant l'Assemblée Nationale sera-t-elle instrumentalisée ? Du Rassemblement National au Parti Communiste, des nombreux élus comptent y participer, jusqu'au ministre de l'Intérieur lui-même. Analyse politique d'Antoine Marette.

Les agriculteurs craignent de voir reculer la souveraineté alimentaire de la France. L'exécutif compte défendre l'instauration de clauses "miroirs" dans les accords commerciaux de libre échange, pour que les normes des produits importés soient conformes à nos standards. Explications d'Anne-Laure Chouin. 

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......