LE DIRECT
Agnès Buzyn lors de son audition devant la commission d'enquête de l'Assemblée le 30 juin à Paris

Agnès Buzyn défend sa gestion de la crise sanitaire

15 min

Devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale, l'ancienne ministre de la Santé a tenté d'expliquer les mesures prises par la France cet hiver pour affronter le nouveau coronavirus. Agnès Buzyn a quitté le ministère en février pour briguer la mairie de Paris.

Agnès Buzyn lors de son audition devant la commission d'enquête de l'Assemblée le 30 juin à Paris
Agnès Buzyn lors de son audition devant la commission d'enquête de l'Assemblée le 30 juin à Paris Crédits : BERTRAND GUAY - AFP

C'est une parole très attendue pour comprendre comment le gouvernement a géré la crise sanitaire. Agnès Buzyn s'exprime aujourd'hui devant la commission d'enquête de l'Assemblée. L'ancienne ministre de la Santé avait démissionné le 16 février pour s'engager dans la bataille de la mairie de Paris. Elle n'a pas eu à gérer le confinement décrété à la mi-mars, mais c'est elle qui fin janvier avait assuré que la France était "extrêmement bien préparée" pour affronter le nouveau coronavirus apparu en Chine. "L'anticipation" de l'épidémie en France a été "sans commune mesure avec les autres pays européens", a notamment déclaré Agnès Buzyn.

Médecin réputé, Agnès Buzyn s'est engagée en politique avec Emmanuel Macron en 2017
Médecin réputé, Agnès Buzyn s'est engagée en politique avec Emmanuel Macron en 2017 Crédits : Visactu

Les autres titres du journal

La chute du transport aérien oblige Airbus à réduire ses effectifs. Le géant aéronautique devrait confirmer d'ici ce soir la suppression de 15 000 emplois dont 5000 en France. Cela représente 10% des effectifs français. La direction présente aujourd'hui le détail de son plan de restructuration aux syndicats.

Fessenheim n'est plus la doyenne des centrales nucléaires françaises en activité. Après 43 ans de bons et loyaux services, la centrale alsacienne a été débranchée hier soir du réseau EDF. Il s'agissait d'une vieille promesse du président Hollande, reprise par Emmanuel Macron.  Mais la fin de Fessenheim divise la classe politique. Si les écologistes applaudissent la fermeture, à droite, mais aussi à gauche, beaucoup sont ceux qui dénoncent un gâchis industriel.

Preuve que la Covid-19 continue à se propager en Europe, les autorités britanniques ont ordonné le reconfinement de la ville de Leicester. Dans cette métropole de 340 000 habitants, on a dénombré près d'un millier de nouveaux cas ces 15 derniers jours.  Cela représentait la semaine dernière environ 10% des nouvelles contaminations au Royaume-Uni. Dans ce journal, le reportage d'Antoine Giniaux dans un centre de dépistage à Leicester.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......