LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jean Castex lors de la conférence de presse consacrée au projet de loi "confortant les principes de la République"

L'islamisme radical, cible du projet de loi "confortant les principes de la République"

19 min

Lutter contre l'islamisme radical sans nommer l'adversaire dans le texte, c'est l'ambition du projet de loi présenté ce matin par le gouvernement. L'objectif affiché est de défendre la laïcité face aux "attaques répétées, insidieuses" dont elle fait l'objet, dixit le Premier ministre Jean Castex.

Jean Castex lors de la conférence de presse consacrée au projet de loi "confortant les principes de la République"
Jean Castex lors de la conférence de presse consacrée au projet de loi "confortant les principes de la République" Crédits : CHARLES PLATIAU / POOL - AFP

Le gouvernement a présenté ce matin son projet de loi contre "l'idéologie pernicieuse de l'islamisme radical", pour reprendre les mots de Jean Castex. Mais c'est tout le paradoxe du texte, il ne reprend pas ces termes d'islamisme radical. Officiellement, le projet vise à conforter les principes républicains dans la loi. Il n'est plus question non plus de lutte contre les séparatismes. Le Premier ministre a mobilisé plusieurs membres de son gouvernement pour défendre le texte. 

Écouter
1 min
Antoine Marette revient sur la présentation du projet de loi à l'issue du Conseil des ministres
Le texte de loi ne mentionne pas l'islam radical
Le texte de loi ne mentionne pas l'islam radical Crédits : Visactu

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

Après le réquisitoire du parquet national financier, place à la défense dans le procès de Nicolas Sarkozy. Jacqueline Lafont, l'avocate de l'ancien président, est la première à plaider. Rappelons qu'hier le PNF avait requis la même peine contre les trois accusés, Nicolas Sarkozy, l'avocat Thierry Herzog et l'ex-haut magistrat Gilbert Azibert : 4 ans de prison dont deux ferme. Selon le ministère public, Nicolas Sarkozy a bien obtenu, via Thierry Herzog, des informations couvertes par le secret auprès du magistrat Gilbert Azibert, au sujet d'une procédure en cassation dans l'affaire Bettencourt. En échange de quoi, Gilbert Azibert aurait eu la promesse d'un poste à Monaco. Un argumentaire que Maître Lafont s'est employé à démonter. Le compte rendu d'audience d'Anne Fauquembergue.

En Nouvelle-Calédonie, la tension monte autour de la filière nickel, principale ressource minière de l'archipel français du Pacifique.Le groupe brésilien Vale a annoncé ce matin la vente de son usine de nickel à un consortium calédonien et international. Parmi les acheteurs, il y a le négociant en matières premières Trafigura. Cette vente, les indépendantistes et les autorités coutumières kanak n'en veulent pas. Pour se faire entendre, ils multiplient les barrages et les blocages. Situation explosive qui a donné lieu à des affrontements avec les forces de l'ordre. Ce regain de tension s'inscrit dans un climat politique particulier. D'ici 2022, la Nouvelle-Calédonie doit à nouveau voter pour ou contre l 'indépendance. Les explications de Stéphane Robert.

C'est un record préoccupant. Le nombre de réfugiés et de déplacés dans le monde a franchi la barre des 80 millions en juillet. Et la pandémie de Covid-19 va encore gonfler ce chiffre. Le Haut-commissaire de l'ONU pour les réfugiés, Filippo Grandi, appelle la communauté internationale à se ressaisir pour éviter que la situation n'empire. "Les dirigeants du monde doivent arrêter les guerres", affirme Filippo Grandi. Les précisions de Christian Chesnot.

Carte représentant les pays accueillant le plus de réfugiés et liste des principaux pays concernés, selon le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (UNHCR)
Carte représentant les pays accueillant le plus de réfugiés et liste des principaux pays concernés, selon le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (UNHCR) Crédits : JOHN SAEKI, LAURENCE CHU - AFP

Les négociations sur le budget européen peut-être en passe d'aboutir. La Pologne et la Hongrie pourraient lever leur veto grâce aux efforts de la présidence allemande. Officiellement, la Hongrie et la Pologne bloquent ce budget, car Budapest et Varsovie refusent que les aides financières européennes soient subordonnées au respect de l'Etat de droit dans leur pays. Mais l'Allemagne serait en passe d'obtenir un accord des Hongrois et des Polonais moyennant quelques concessions. La correspondance à Berlin de Ludovic Piedtenu.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......