LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le procureur antiterroriste Jean-François Ricard le 21 octobre 2020 à Paris

L'assassin islamiste de Samuel Paty a bénéficié de complicités, estime la justice

20 min

"Complicité d'assassinat terroriste" : sept personnes vont être présentées à un juge dans l'enquête sur l'assassinat de Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine. Parmi elles, il y a deux collégiens de 14 et 15 ans qui ont joué un rôle déterminant en désignant l'enseignant au tueur tchétchène.

Le procureur antiterroriste Jean-François Ricard le 21 octobre 2020 à Paris
Le procureur antiterroriste Jean-François Ricard le 21 octobre 2020 à Paris Crédits : THOMAS SAMSON - AFP

Du collégien au père de famille en passant par l'activiste propalestinien, c'est tout un écosystème islamiste qui semble aujourd'hui mis en cause dans la mort de l'enseignant. Sept personnes au total vont être déférées devant un juge antiterroriste. La justice va maintenant déterminer leur degré de responsabilité et de complicité avec le tueur tchétchène, Abdoullakh Anzorov. Jean-François Ricard, le procureur national antiterroriste, a fait le point cet après-midi sur les derniers développements de l'enquête. Il a expliqué que le père de famille et les deux collégiens avaient joué un rôle déterminant dans l'assassinat de Samuel Paty. 

Écouter
1 min
Anne Fauquembergue revient sur la conférence de presse du procureur antiterroriste

Selon une source proche du dossier reprise par l'AFP, Anzorov a posté sur les réseaux sociaux la photo de sa victime décapitée. Il a ensuite envoyé un message audio de revendication en russe. Message où le Tchétchène affirme avoir vengé le prophète. "On a vengé le prophète", c'était aussi ce qu'avaient dit les frères Kouachi en janvier 2015 après l'attaque contre Charlie Hebdo.

La France rendra un hommage national au professeur ce soir à la Sorbonne. Lieu hautement symbolique pour saluer la mémoire de celui qui voulait transmettre son savoir à ses élèves tout en les formant à la liberté d'expression.

Emmanuel Macron se recueille devant le cercueil de Samuel Paty dans la cour de la Sorbonne le 21 octobre à Paris
Emmanuel Macron se recueille devant le cercueil de Samuel Paty dans la cour de la Sorbonne le 21 octobre à Paris Crédits : FRANCOIS MORI / POOL - AFP

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

La deuxième vague de la Covid-19 prend de l'ampleur en France. La barre des 2000 patients en réanimation a été franchie hier pour environ 5800 places disponibles. Et le nombre de décès quotidiens dépasse régulièrement la centaine.  Face à la dégradation de la situation sanitaire, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal annonce que plusieurs nouveaux départements vont basculer d'ici la fin de la semaine en zone d'alerte maximale. Le Premier ministre Jean Castex en révélera la liste demain à 17h lors d'une conférence de presse. 

C'est Jean Castex qui pilote désormais la réponse de l'Etat à l'épidémie. Son prédécesseur à Matignon, Edouard Philippe, doit désormais s'expliquer sur sa gestion de crise. L'ancien Premier ministre était cet après-midi devant la commission d'enquête parlementaire de l'Assemblée. Edouard Philippe s'est employé à répondre calmement et humblement aux questions des députés.

A 13 jours maintenant de l'élection présidentielle américaine, Barack Obama s'implique directement dans la campagne de Joe Biden. L'ancien président sera à Philadelphie ce soir pour soutenir le candidat démocrate. Joe Biden reste largement en tête dans les sondages nationaux, mais son avance sur Donald Trump se réduit dans les Etats clés, dont la Pennsylvanie justement. Barack Obama va participer tout à l'heure à un meeting en drive-in, en raison bien sûr des contraintes sanitaires.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......