LE DIRECT
Chronologie au sujet de l'article 24 du projet de loi de "sécurité globale".

Violences policières : les policiers en garde à vue, l’exécutif dans la tourmente

20 min

C’est un texte qui tombe bien mal pour le gouvernement, la proposition de loi "sécurité globale" et surtout l’article 24 tant décrié car depuis plusieurs semaines, les forces de l’ordre sont accusées d’une succession de bavures. Depuis hier, une vidéo tourne en boucle et choque l'opinion publique.

Chronologie au sujet de l'article 24 du projet de loi de "sécurité globale".
Chronologie au sujet de l'article 24 du projet de loi de "sécurité globale". Crédits : Visactu

Une commission indépendante ne réécrira pas l'article 24 de la proposition de loi "sécurité globale". Elle devra se contenter de formuler des propositions de nature juridique et procédurale et le résultat de ses travaux est attendu pour le 15 janvier 2021 "au plus tard" selon Matignon. L'Assemblée et le Sénat ont fait reculer le Premier ministre, tandis que la polémique redouble dans l'opinion publique, surtout depuis de nouvelles violences policières.

Trois des quatre policiers ont été placés en garde à vue pour le tabassage d'un homme noir,  producteur de musique. Ils sont entendus pour violences volontaires, en réunion, avec arme et à caractère raciste. Ils ont tous été suspendus de leurs fonctions. Depuis ces nouvelles violences policières, les critiques à l’encontre de l’article 24 redoublent, et le Premier ministre est hésitant.

La manifestation contre la loi sécurité globale pourra-t-elle se tenir demain à Paris ?

La coordination “Stop Loi Sécurité Globale” appelle à manifester dans une soixantaine de villes en France demain, ainsi qu’à Berlin et à La Haye pour la liberté de l’information et le respect de l’Etat de droit. La coordination est composée des syndicats et sociétés de journalistes mais ces rassemblements devraient rassembler bien au delà de la profession. Avec de nombreuses associations comme RSF, la LDH, Attac et le soutien de nombreuses personnalités, intellectuels, du monde de la culture ou encore politiques , EELV, PS, LFI, PC. A Paris, la coordination veut marcher entre République et Bastille mais pour l’instant, la préfecture a refusé.

Les autres titres du journal

Non, la visioconférence ne pourra pas être utilisée pour les procès aux Assises. Le Conseil d'état a rendu sa décision cet après midi. Cette mesure avait été instituée par une ordonnance controversée du gouvernement qui voulait que la justice "tourne" malgré l'épidémie de Covid-19.  La plus haute juridiction administrative estime que les dispositions prévues par cette ordonnance qui avait été prise le 18 novembre "portent une atteinte grave et manifestement illégale aux droits de la défense et au droit à un procès équitable". C'est une grande satisfaction pour Patrick Spinosi, l'avocat de l'association des avocats pénalistes (ADAP) qui avait saisi le conseil d'Etat avec le syndicat de la magistrature. Sa réaction au micro d'Anne Fauquembergue.

Quatre personnes suspectées de responsabilités dans l'assassinat en juillet 2016 du père Hamel dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray sont renvoyées devant la cour d'assises spéciale.  Selon l'ordonnance de mise en accusation les juges d'instruction en charge du dossier renvoient l'un de quatre accusés pour "complicité d'assassinat" terroriste.    

Et près de quarante ans plus tard, l'un des auteurs présumés de l'attentat de la rue des Rosiers à Paris en 1982 sera bientôt extradé vers la France. Le gouvernement norvégien a donné son feu vert aujourd'hui.

L'enquête de la cellule investigation revient ce soir sur le parcours d'Abdoullakh Anzorov,  l'auteur du meurtre de Samuel Paty. Beaucoup de choses ont déjà été dites sur les circonstances de ce drame , mais on en sait peu sur l'auteur de cet assassinat, vous avez donc cherché à comprendre quand et comment ce jeune Tchétchène de 18 ans a basculé avant de passer à l'acte. Une enquête de Laetitia Cherel.

"Attentats de Conflans : l'itinéraire du tueur de Samuel Paty" une enquête à retrouver en intégralité sur franceculture.fr

Que va devenir l'usine de Bridgestone à Béthune ? le groupe japonais a annoncé le 12 novembre dernier qu'il mettait la clé sous la porte et  qu'il lançait un plan social. Un PSE qui ne se déroule pas au mieux, les syndicats négocient les conditions de départs des 863 salariés tandis que de potentiels repreneurs viennent visiter l'usine. L'intersyndicale appelait aujourd'hui à une journée d'action Reportage à Béthune sur le site de Bridgestone, Marie Viennot.

Après la France, c'est au tour du Royaume-Uni de s'attaquer aux GAFAM, les géants du numériques. Pas de taxes cette fois-ci, mais une régulation plus stricte, pour protéger les données personnelles et la concurrence. Correspondance à Londres de Maxence Peigné.

L’opposant russe Alexei Navalny devant les eurodéputés aujourd'hui. C’était l’une de ses premières apparitions depuis sa tentative d'empoisonnement sanctionnée par l’Union européenne. S'exprimant en visioconférence depuis l'Allemagne, devant les élus de la Commission des affaires étrangères du parlement européen, il a appelé l’Europe a encore plus de fermeté vis à vis de la Russie et à frapper au portefeuille les oligarques russes proches du président Poutine. Compte rendu à Bruxelles d'Angélique Bouin.

L'attente et l'angoisse en Ethiopie. Il s’est maintenant écoulé 48 heures depuis l’annonce de l’offensive sur Mekele, la capitale provinciale du Tigré et toujours aucune information ne filtre sur l’avancée des combats dans le Nord, où les télécommunications sont encore coupées. Depuis le 4 novembre dernier le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed mène une opération militaire dans cette région, haut lieu culturel et économique. A Addis Abeba les efforts continuent pour tenter d’empêcher un bain de sang. L’Union Africaine rencontrait ce matin le premier ministre éthiopien dans une ultime tentative de médiation. Il semble que la médiation de l'Union Africaine ne soit toujours pas la bienvenue.

À venir dans ... secondes ...par......