LE DIRECT

Pas blanchi, pas innocenté, mais libéré sur parole, Dominique Strauss-Kahn vient de quitter le tribunal pénal de Manhattan

20 min
À retrouver dans l'émission

Dominique Strauss-Kahn et son épouse Anne Sinclair à leur sortie du tribunal pénal de Manhattan le 1er juillet 2011
Dominique Strauss-Kahn et son épouse Anne Sinclair à leur sortie du tribunal pénal de Manhattan le 1er juillet 2011 Crédits : Lucas Jackson - Reuters
Dominique Strauss-Kahn et son épouse Anne Sinclair à leur sortie du tribunal pénal de Manhattan Lucas Jackson © Reuters Une audience courte, dans laquelle le procureur a donc décidé de lever sa caution. Une audience donc liée aux nouveaux éléments sur la femme de chambre dont la parole a perdu tout crédit en quelques heures. Or la crédibilité de sa parole est essentielle dans ce procès. Pour commenter ces derniers rebondissements, en direct, nous serons en ligne avec **Roland Thau, avocat américain basé à New York et spécialiste des affaires criminelles** , et avec **notre correspondante sur place Fabienne Sintes** . Et nous verrons bien sûr les conséquences sur les socialistes de cette "bombe", comme l'appellent les journaux américains, avec **l'analyse de Christian Galland** . Ecoutez aussi à ce sujet **la revue de presse internationale** de ce matin de **Cécile de Kervasdoué** : ![](/sites/all/modules/rf/rf_ressource_son/mini_player.png)Et retrouvez le récent magazine de la rédaction d'Antoine Marette intitulé "[Justice américaine, de l’argent dans la balance](/emission-le-magazine-de-la-redaction-justice-americaine-de-l’argent-dans-la-balance-2011-06-18.html "Justice américaine, de l’argent dans la balance")". Enfin, consultez [notre dossier complet sur l'affaire DSK](/dossier-l-affaire-dsk.html "L'affaire DSK").
Chronologie de l'affaire DSK au 1er juillet 2011
Chronologie de l'affaire DSK au 1er juillet 2011
Autres titres de ce journal : Des manifestations réprimés dans le sang aujourd'hui en Syrie. Ils étaient plus de 400.000 à défiler à Hama dans le centre du pays. Tandis qu'au Maroc, on a voté pour une nouvelle Constitution proposée par le roi Mohammed VI. Si le OUI ne fait pas de doute, que peut-elle changer ?
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......