LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Après les marchés asiatiques, les bourses européennes ont cédé à la panique aujourd'hui

11 min
À retrouver dans l'émission

Bourses : Les places financières ont cédé à la panique générale, aujourd'hui, dans le sillage des marchés asiatiques et sur fond d'inquiétude pour la croissance mondiale. La bourse de Francfort a dévissé de plus de 4,70%, presque autant à Londres, près de 6% à Milan. A Paris, l'indice CAC 40 a même temporairement effacé les gains enregistrés depuis le début de l'année, avant de clôturer en baisse de 5,35% à 4.383 points. Comment expliquer cette contagion mondiale ? L'analyse de l'économiste Jean-Paul Dessertine , spécialiste de la Chine, fondateur et administrateur de AEC, Asiatique Européenne de Commerce, joint par Anne-Laure Chouin.

Crise des migrants : La France et l'Allemagne appellent l’Europe à une réponse « unifiée » face à la crise des réfugiés. Réunis à Berlin, Angela Merkel et François Hollande ont réclamé aujourd'hui une politique migratoire commune et davantage de solidarité dans l’Union Européenne. L’Allemagne est particulièrement exposée : elle devrait accueillir cette année 800 000 demandeurs d’asile. Correspondance à Berlin de Cyril Sauvageot.

Politique : François Hollande a décerné la Légion d'honneur aux trois jeunes Américains et au Britannique du Thalys Amsterdam-Paris dont "le courage" a permis de déjouer une attaque à la kalachnikov. Depuis vendredi, cette attaque soulève la question de la sécurité dans les gares et trains. Et ce soir, le secrétaire d'Etats aux Transports, Alain Vidalies, se retrouve au coeur d'une polémique. Lui sonr reprochés ses propos sur des pratiques discriminatoires pour renforcer la sécurité des passagers. Analyse de Frédéric Says.

Education : A une semaine du retour des élèves et de leurs enseignants dans les classes, le SNUipp-FSU, syndicat majoritaire dans le primaire, faisait aujourd'hui sa conférence de rentrée sur un constat amer : la priorité à l'école, promesse du candidat Hollande pendant la campagne présidentielle, est pour l'instant "remisée au placard". Sur les 20.000 postes prévus par la loi sur la refondation de l'école, seuls 9.000 ont été créés. Autre problème : le manque de formation aux nouveaux programmes pour la maternelle qui doivent entrer en vigueur dès cette rentrée. Explications signées Hakim Kasmi.

L'équipe
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......