LE DIRECT
L'ambassadeur russe, Vassily Nebenzia ( au centre), lors de la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU à New-York, le 22 février 2018.

ONU : la Russie s'oppose à un cessez-le-feu humanitaire en Syrie

15 min

Le Conseil de sécurité de l'ONU devait se réunir ce jeudi soir pour voter une résolution mettant en place une trêve de trente jours. Mais l'ambassadeur russe a déclaré qu'il n'y avait pas d'accord possible.

L'ambassadeur russe, Vassily Nebenzia ( au centre), lors de la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU à New-York, le 22 février 2018.
L'ambassadeur russe, Vassily Nebenzia ( au centre), lors de la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU à New-York, le 22 février 2018. Crédits : Luiz Rampelotto - Maxppp

Face au drame du peuple syrien, l'ONU montre une nouvelle fois, ce jeudi soir, son impuissance. Le Conseil de sécurité était réuni, en urgence, pour le vote d'une résolution mettant en place un cessez-le-feu humanitaire de trente jours.  Cet arrêt des combats devait permettre, notamment, l'évacuation des civils de la Ghouta orientale, l'enclave rebelle près de Damas qui est bombardée par le régime sans relâche. En cinq jours, plus de 400 civils on été tués, dont une centaine d'enfants.  Mais cette trêve attendra, Daniel Hoffmann, car le vote a été repoussé.

Nous restons aux Etats Unis, en prenant la direction du Maryland où se tenait aujourd'hui une importante conférence des conservateurs américains. Et parmi les invités, il y avait une jeune française de 28 ans, une ancienne députée du Vaucluse qui a pris sa retraite en mai 2017. Marion Maréchal Le Pen, oui c'est bien elle, a tenu un discours d'une dizaine de minutes. Reportage de Grégory Philipps.

L'évacuation du Bois Lejuc, dans la Meuse, est terminée. 500 gendarmes été mobilisés depuis ce matin pour déloger une quinzaine d'opposants au cite d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure.  Sept personnes ont été placées en garde à vue. L'objectif du gouvernement était d'empêcher la constitution d'une nouvelle ZAD, une zone à défendre, comme celle de Notre-dame-des-landes.

Le Grand Paris Express sera bien réalisé dans sa totalité d'ici 2030. Edouard Philippe en a pris l'engagement ce vendredi matin. Mais sur les quatre nouvelles lignes, certains tronçons seront construits avec deux ou trois ans de retard.  Le premier ministre demande aussi un effort financier de 10%. Ce calendrier est-il satisfaisant et soutenable? Nous en parlons avec Patrick Ollier, le président de la Métropole du Grand Paris,l'invité de ce journal.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......