LE DIRECT
Répartition par parti des deux votes clés des députés britanniques : l'accord de sortie de l'UE proposé par la Première ministre Theresa May et la motion de censure contre le gouvernement

Brexit: Theresa May échappe de justesse à la motion de censure

15 min

Le parlement britannique a rejeté ce soir la motion déposée par l'opposition travailliste, mais le vote est serré: 325 voix contre 306. La Première ministre reste en poste, malgré son échec cuisant hier dans le vote sur le Brexit, lorsque les députés avaient recalé son accord négocié avec l'UE.

Répartition par parti des deux votes clés des députés britanniques : l'accord de sortie de l'UE proposé par la Première ministre Theresa May et la motion de censure contre le gouvernement
Répartition par parti des deux votes clés des députés britanniques : l'accord de sortie de l'UE proposé par la Première ministre Theresa May et la motion de censure contre le gouvernement Crédits : PAZ PIZARRO, JONATHAN WALTER - AFP

Theresa May va maintenant tenter de négocier un nouvel accord avec Bruxelles. C'est le 29 mars prochain que le Royaume-Uni doit officiellement quitter l'Union européenne. Dans ce journal, la correspondance à Londres d'Antoine Giniaux, et le commentaire de notre invité, Aurélien Antoine, directeur de l'Observatoire du Brexit, spécialiste du droit constitutionnel britannique.

Theresa May lors du débat sur la motion de censure travailliste au parlement. La Première ministre a remporté le vote avec une faible marge, 19 voix d'avance.
Theresa May lors du débat sur la motion de censure travailliste au parlement. La Première ministre a remporté le vote avec une faible marge, 19 voix d'avance. Crédits : JESSICA TAYLOR / UK PARLIAMENT - AFP
Écouter
5 min
Que peut encore négocier Theresa May avec Bruxelles ? L'analyse d'Aurélien Antoine

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

Quatre Américains dont deux soldats tués en Syrie, victimes d'un attentat de l'Etat islamique à Minbej dans une zone contrôlée par les forces kurdes. L'attaque a fait 12 autres morts, des civils et des combattants des Forces démocratiques syriennes. Les précisions à Beyrouth de Laure Stéphan.  

En France, la commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla a repris ses travaux aujourd'hui. Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, a tenté d'expliquer pourquoi Alexandre Benalla avait gardé quatre passeports diplomatiques et un téléphone sécurisé après son licenciement de l'Elysée. Nous verrons cela avec Stéphane Robert.

Le député européen Bernard Monot (Debout la France, ex-RN) accuse dans une vidéo Emmanuel Macron de vouloir "livrer l'Alsace et la Lorraine à une puissance étrangère", en l'occurrence l'Allemagne. L'élu s'en prend au nouveau traité franco-allemand qui doit être signé le 22 janvier à Aix-la-Chapelle. Des accusations très partagées sur les réseaux sociaux, notamment chez certains gilets jaunes. Pourtant, il s'agit d'un simple traité de coopération transfrontalière, nous expliquera Bertrand Gallicher.

Intervenants
  • professeur de droit public à l’Université Jean Monnet de Lyon - Saint-Étienne et fondateur de l’Observatoire du Brexit, spécialiste du droit constitutionnel britannique
À venir dans ... secondes ...par......