LE DIRECT
Des camions et des blindés ont été vus près du stade de Shenzhen, la métropole chinoise la plus proche de Hong Kong

La guerre des nerfs et des mots aux portes de Hong Kong

10 min

Après deux mois de manifestations pro-Démocratie à Hong Kong, Pékin a envoyé des hommes mais aussi des camions et des blindés à la frontière de sa région administrative spéciale. Ils se trouvent dans la métropole de Shenzen. Une intervention de la Chine n'est pas à exclure.

Des camions et des blindés ont été vus près du stade de Shenzhen, la métropole chinoise la plus proche de Hong Kong
Des camions et des blindés ont été vus près du stade de Shenzhen, la métropole chinoise la plus proche de Hong Kong Crédits : STR - AFP

Après deux mois d'agitation à Hong Kong contre les autorités pro-Pékin, des hommes en treillis sont toujours massés ce soir dans un stade de Shenzhen, la métropole chinoise la plus proche du territoire autonome. « Pékin ne restera pas les bras croisés » si la situation devient « incontrôlable » à Hong Kong a averti l’ambassadeur de Chine à Londres.  Une action militaire de Pékin ne peut être exclue. Le récit de cette journée avec Nathanaël Charbonnier. 

Par ailleurs, le Président américain Donald Trump s'est impliqué ce soir. Il suggère à son homologue Xi Jinping de rencontrer "en personne" les manifestants. Jusqu'à présent la Maison Blanche engagée dans des pourparlers commerciaux délicats avec la Chine était restée très discrète. 

Dans le reste de l'actualité 

Aux Etats-Unis, plusieurs centaines d'employés de Google refusent de travailler pour les services de l'immigration américain. Ils ne cautionnent pas la politique fédérale à la frontière avec le Mexique. Les détails de Loïc Pialat dans un instant.  

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte fustige les obsessions xénophobes de son ministre de l'intérieur Matteo Salvini.  Alors que six pays d'Europe se disent prêt ce soir à accueillir une partie des migrants de l'Open Arms.  La correspondance à Rome d'Antonino Galofaro. 

Enfin en France, des rescapés de l'attentat du Bataclan publie une tribune pour soutenir les membres de la BRI, la brigade de recherche et d'intervention de Paris ; brigade en première ligne lors des attentats du 13 novembre 2015 et qui pourrait changer de commandement. Certains survivants s'inquiètent d'un risque de "dissolution". Les explications de Margot Delpierre. 

À venir dans ... secondes ...par......