LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jean Castex lors de sa conférence de presse du 15 octobre 2020

Jean Castex : "A 21 heures, chacun devra être chez soi"

14 min

Le Premier ministre a détaillé aujourd'hui les modalités du couvre-feu qui va concerner 20 millions de personnes. Il y aura des exceptions qui nécessiteront une attestation. Jean Castex a aussi annoncé de nouvelles aides financières pour les entreprises en difficulté.

Jean Castex lors de sa conférence de presse du 15 octobre 2020
Jean Castex lors de sa conférence de presse du 15 octobre 2020 Crédits : LUDOVIC MARIN / AFP / POOL - AFP

C'est demain soir à minuit que 20 millions de Français seront soumis au couvre-feu annoncé hier par Emmanuel Macron. Jean Castex a précisé aujourd'hui les modalités d'application de cette mesure inédite pour lutter contre le rebond de l'épidémie de Covid-19. Le couvre-feu s'appliquera de 21 heures à 6 heures en Ile-de-France et dans huit métropoles, parmi lesquelles Aix-Marseille, Lyon et Toulouse. Il y aura des exceptions, mais elles devront être dûment motivées. Le Premier ministre a aussi annoncé l'interdiction de toutes les fêtes privées type mariage ou soirée étudiante dans des établissements recevant du public comme les salles polyvalentes. Cette interdiction s'appliquera à toute la France à partir de la semaine prochaine. Les fêtes de mariage prévues ce week-end pourront donc encore se tenir.

Modalité du couvre-feu entrant en vigueur samedi en Ile-de-France ainsi que dans les métropoles de Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne
Modalité du couvre-feu entrant en vigueur samedi en Ile-de-France ainsi que dans les métropoles de Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne Crédits : VALENTINA BRESCHI, ALAIN BOMMENEL - AFP

Sur le plan économique, le gouvernement a pris des mesures supplémentaires pour aider toutes les entreprises en difficulté, et pas seulement celles situées en zone de couvre-feu. Ces aides s'élèvent à un milliard d'euros, avec des critères bien précis pour en bénéficier. Les explications de Marie Viennot.

Quelques milliers de personnels de santé ont manifesté aujourd'hui dans toute la France à l'occasion d'une nouvelle journée de mobilisation nationale. Des personnels en colère qui dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail en pleine crise sanitaire. Le Ségur de la santé prévoyait cet été 15 000 embauches pour l'hôpital public. Mais les manifestants ne voient rien venir dans les hôpitaux. Et l'inquiétude grandit avec la deuxième vague de la Covid-19. Le reportage de Tara Schlegel dans la manifestation parisienne qui a rassemblé plusieurs centaines de personnes.    

La crise sanitaire pèse lourdement sur la restauration collective publique. Les cantines scolaires et les restaurants universitaires notamment ont dû réduire leur activité. Trois associations, la Fondation Nicolas Hulot, le Secours Catholique-Caritas et le réseau Restau'Co, demandent à l'Etat d'augmenter son aide au secteur. Elles réclament un milliard d'euros en trois ans, soit 330 millions chaque année. Invitée de ce journal, Caroline Faraldo, responsable agriculture et alimentation à la Fondation Nicolas Hulot. Caroline Faraldo estime que cette aide est indispensable alors que huit millions de personnes pourraient se retrouver dépendantes de l'aide alimentaire d'ici la fin de l'année. Il s'agit aussi de proposer une nourriture plus respectueuse de l''environnement.

Toulouse le 16 avril 2020 : des bénévoles du Secours catholique proposent des petits-déjeuners et des repas à des sans-abri
Toulouse le 16 avril 2020 : des bénévoles du Secours catholique proposent des petits-déjeuners et des repas à des sans-abri Crédits : FRÉDÉRIC SCHEIBER / HANS LUCAS - AFP
Écouter
5 min
Pour Caroline Faraldo, il faut soutenir la restauration collective pour lutter contre la précarité alimentaire

Il reste 19 jours avant l'élection présidentielle américaine du 2 novembre. 19 jours à Donald Trump pour refaire son retard sur Joe Biden dans les sondages, une dizaine de points environ. Le président américain et son rival démocrate devaient se retrouver ce soir à Miami pour leur deuxième débat. Mais la contamination de Donald Trump a eu raison de ce rendez-vous. Résultat, les deux hommes participeront ce soir, chacun de leur côté, à un "town hall", une émission où ils doivent répondre aux questions du public. Grégory Philipps nous appelle de Washington.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......