LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre australien de l'époque Malcolm Turnbull visitent un sous-marin australien à Sydney, le 2 mai 2018

Quand la rupture du "contrat du siècle" entre la France et l'Australie vire à la crise diplomatique

15 min

Apres l'annonce de l'Australie de rompre son engagement auprès du Français Naval Group portant sur la fourniture de douze sous-marins, l'exécutif ne mâche pas ses mots à l'encontre des États-Unis, accusés d'avoir torpillé ce contrat.

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre australien de l'époque Malcolm Turnbull visitent un sous-marin australien à Sydney, le 2 mai 2018
Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre australien de l'époque Malcolm Turnbull visitent un sous-marin australien à Sydney, le 2 mai 2018 Crédits : Brendan Esposito - AFP

La rupture du "contrat du siècle" portant sur la fourniture de douze sous-marins français à l'Australie se transforme en crise diplomatique entre la France et les États-Unis. Paris accusant son allié américain de "coup dans le dos" d'après les mots de Jean-Yves Le Drian. A l'origine de l'incendie dans les relations américano-françaises, la nouvelle alliance "indo-pacifique" annoncée mercredi par le président Joe Biden, avec le Royaume-Uni et l'Australie. La première des conséquences étant l'annulation d'un contrat de 56 milliards d'euros conclu par les Australiens en 2016 avec l'industriel français Naval Group, ces derniers préférant investir dans des sous-marins nucléaires américains. Jean-Jacques Roche, professeur de science politique à l'Université Paris II Panthéon-Assas où il dirige l'Institut supérieur de l'Armement et de la Défense est l'invité du journal de 22h.

Écouter
4 min
Jean-Jacques Roche, professeur en science politique, revient sur la rupture du contrat des sous-marins français par l'Australie

Les autres titres du journal

Au procès des attentats du 13 novembre, les enquêteurs livrent un témoignage précis et glaçant. Les policiers et enquêteurs qui ont procédé aux premières constatations lors des attentats du 13 novembre ont témoigné à la barre de la Cour d'assises spéciale de Paris où des images des attaques ont été diffusées, dévoilant un récit capital autant qu'insoutenable pour les familles, au septième jour d'audience du procès. 

Les contraintes levées là où le virus circule moins promet le Président de la République Emmanuel Macron. Le chef de l'Etat n'exclut pas une levée prochaine de l'obligation du pass sanitaire mais pour autant donner de calendrier. "Dans certains territoires français où [le coronavirus]ne circule quasiment plus, on pourra lever certaines contraintes et revivre normalement," a-t-il expliqué. Un vent d'optimisme présidentiel qui s'explique par une nette amélioration de la situation sanitaire ces dernières semaines.

Les sages-femmes voient leur salaire revalorisé, a annoncé ce jeudi soir soir le ministre de la Santé Olivier Véran. Elles recevront à partir de janvier une prime de 100 euros net et une hausse de salaire de 100 euros brut par mois. Ces revalorisations inscrites dans le budget de la sécu 2022 sont une victoire pour la profession : les sages-femmes ont manifesté à cinq reprises depuis le début de l'année.  

Le chef de l'État islamique au Grand Sahara tué par les militaires de la force française Barkhane engagés au Sahel. Adnan Abou Walid Al-Saraoui, considéré comme le plus impitoyable chef jihadiste de la zone, a été visé par un drone il y a un mois.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......