LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Alexandre Benalla avec Brigitte Macron le 12 octobre 2017 à l'Elysée

Affaire Benalla : l'Elysée dans la tourmente

10 min
À retrouver dans l'émission

L'affaire Benalla peut-elle devenir une affaire d'Etat ? Les parlementaires en tout cas haussent le ton. Ils réclament des explications et plus de sanctions contre le collaborateur d'Emmanuel Macron filmé en train de frapper un manifestant.

Alexandre Benalla avec Brigitte Macron le 12 octobre 2017 à l'Elysée
Alexandre Benalla avec Brigitte Macron le 12 octobre 2017 à l'Elysée Crédits : LUDOVIC MARIN - AFP

C'est une vidéo dont on ignore sans doute encore toutes les conséquences. Des images filmées lors des manifestations du 1er mai à Paris, publiées par le journal Le Monde: on y voit un homme coiffé d'un casque qui frappe un manifestant à terre. L'auteur des coups n'est pas un gardien de la paix mais un chargé de mission de l'Élysée : Alexandre Benalla. En déplacement en Dordogne, le président de la République s'est refusé à commenter directement la mise en cause de son collaborateur. Et à l'Assemblée nationale, les élus de la majorité se taisent. L'opposition en revanche exprime son indignation. Le chef de file des députés de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon propose même une "motion de censure" contre le gouvernement.  La commission des Lois de l'Assemblée Nationale a décidé de se constituer en commission d'enquête pour pouvoir procéder à des auditions. Et du coté du Sénat,  le ministre de l’intérieur Gérard Collomb sera auditionné au palais du Luxembourg en début de semaine prochaine.

L'audiovisuel public va devoir se serrer la ceinture : 190 millions d'euros d'économie à l'horizon 2022, c'est ce qu'a annoncé ce jeudi l’exécutif dans le cadre d'une grande reforme du secteur. L'INA, TV5MONDE, Radio France, ou encore France Média Monde... toutes les entités sont concernées mais c'est bien France Télévision qui est la plus touchée avec 160 millions d'euros de coupe dans son budget. Deux chaînes de télévision, France Ô et France 4, vont également disparaître du réseau hertzien.

C'est un déplacement qui a de quoi surprendre : régulièrement accusé d'antisémitisme, Viktor Orban est arrivé ce jeudi en Israël pour une visite de deux jours avec son homologue Benyamin Netanyahou. Le Premier ministre hongrois a prôné la "tolérance zéro" contre l'antisémitisme, au début de sa visite officielle qui a suscité la controverse.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......