LE DIRECT
Le ministre Gérald Darmanin, à quelques minutes de son interview sur le plateau de France 2, le 26 novembre 2020

Violences policières : le numéro d'équilibriste de Gérald Darmanin

14 min

Quatre policiers suspendus de leurs fonctions après la diffusion d'une vidéo montrant le tabassage d'un homme par des hommes en uniforme : Gérald Darmanin essaie de naviguer entre un soutien total à l'institution policière, et la condamnation de ceux qui dérapent.

Le ministre Gérald Darmanin, à quelques minutes de son interview sur le plateau de France 2, le 26 novembre 2020
Le ministre Gérald Darmanin, à quelques minutes de son interview sur le plateau de France 2, le 26 novembre 2020 Crédits : Thomas Coex - AFP

L'arrestation de journalistes lors d'une manifestation la semaine dernière, l'évacuation très violente d'un campement de migrants place de la République à Paris lundi soir, et ce jeudi 26 novembre, une vidéo qui a fait le tour du web : on y voit un producteur de musique se faire frapper à coups de poings, de pieds et de matraques pendant de longues minutes par des policiers. L'affaire relance une nouvelle fois le débat sur les violences policières en France, en plein débat sur la loi de sécurité globale, qui prévoit une sanction contre ceux qui diffuseraient de manière "malveillante" des images des forces de l'ordre.

Alors ce soir, Gérald Darmanin, s'est rendu au journal télévisé de France 2 pour tenter de défendre la police, tout en assurant condamner les actes de violence de certains. Les explications de Rosalie Lafarge sont à retrouver dans ce journal.

Dans la foulée, le ministre de l'intérieur a publié les conclusions de l'IGPN, la police des polices, sur l'évacuation des 450 migrants de la place de la République lundi dernier : trois enquêtes administratives ont été ouvertes, et un commissaire-divisionnaire a commis un "manquement par usage disproportionné de la force" en faisant un croche-pied à un migrant. 

Les autres titres de ce journal

Ce n'est pas encore tout à fait un déconfinement, mais Jean Castex a précisé les mesures d'assouplissement des règles pour les semaines à venir en France, face au Covid-19. Il place notamment les stations de ski dans une situation surprenante : elles seront autorisées à rouvrir, mais les remontées mécaniques resteront fermées. Et alors que l'Allemagne souhaite que les pays européens s'harmonisent sur la question de la fermeture des stations de ski, impossible pour l'instant de trouver un consensus à l'échelle de l'Union européenne.

Et en France, les facultés ne rouvriront sans doute pas avant début février, ce qui inquiète les milieux universitaires : Olivier Laboux, le vice-président de la conférence des présidents d'université, est l'invité de ce journal.  Pour lui, il est indispensable d'accueillir au moins les élèves les plus fragiles dès le mois de janvier.

Écouter
4 min
Olivier Laboux : "Il ne faudrait pas ajouter à la crise sanitaire de la Covid une crise de pathologies mentales chez nos étudiants"

Et le premier ministre l'a assuré : "Le télétravail restera la règle". Dans ce contexte, le Medef annonce avoir conclu un accord avec plusieurs syndicats justement sur cette pratique, qui s'est inscrite dans nos habitudes cette année. 

À venir dans ... secondes ...par......