LE DIRECT
Principales dates de la première procédure de destitution contre le président américain Donald Trump, menacé d'une seconde procédure

Les démocrates lancent la procédure de destitution de Donald Trump

14 min

Le président américain est accusé d'avoir "incité à la violence" ses partisans qui ont envahi le Capitole la semaine dernière. C'est la deuxième procédure de destitution visant Donald Trump depuis le début de son mandat. Tout comme la première, elle a peu de chances d'aboutir.

Principales dates de la première procédure de destitution contre le président américain Donald Trump, menacé d'une seconde procédure
Principales dates de la première procédure de destitution contre le président américain Donald Trump, menacé d'une seconde procédure Crédits : LAURENCE SAUBADU, GAL ROMA, AUDE GENET - AFP

A neuf jours de l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche, les démocrates espèrent toujours destituer Donald Trump. Ils ont déposé aujourd'hui un acte d'accusation contre le président sortant à la Chambre des représentants.  C'est la première étape vers l'ouverture formelle d'une procédure en destitution.  Une première tentative d'impeachment avait échoué en février 2020. Mais cette fois, le rôle de Donald Trump dans l'invasion du Capitole a changé la donne.

Écouter
55 sec
Franck Mathevon revient sur l'acte d'accusation démocrate visant Donald Trump

Depuis les événements du Capitole, Donald Trump a quasiment disparu des réseaux sociaux : Twitter, Facebook et Instagram pour ne citer que les principaux ont banni le président américain. L'argument est a priori imparable : Trump est accusé d'utiliser les réseaux pour inciter ses partisans à la violence. Selon la même logique, Amazon a expulsé le réseau Parler d'internet en lui coupant l'accès à ses serveurs. Parler est un réseau social conservateur très prisé des trumpistes : il était samedi en tête des téléchargements aux Etats-Unis sur Apple. Les dirigeants de Parler ont porté plainte contre Amazon, soupçonné d'avoir pris une décision politique à leur encontre. Invité du journal, Romain Badouard, maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'université Paris 2. Pour lui, l'exemple de Parler souligne "le pouvoir déterminant des grandes plateformes sur le fonctionnement de la démocratie et l'exercice de la liberté d'expression". Romain Badouard vient de publier "Les nouvelles lois du web", ouvrage paru en octobre dernier aux éditions du Seuil.

Écouter
5 min
Romain Badouard : "Les plateformes sont devenues les arènes du débat public dans les grandes démocraties"
L'application Parler n'était plus accessible ce lundi 11 janvier 2021 après la décision d'Amazon d'interdire au réseau social l'utilisation de ses serveurs
L'application Parler n'était plus accessible ce lundi 11 janvier 2021 après la décision d'Amazon d'interdire au réseau social l'utilisation de ses serveurs Crédits : LORENZO DI COLA / NURPHOTO - AFP

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

La situation sanitaire reste préoccupante ce soir en France. Le nombre d'hospitalisations a augmenté dans les dernières 24 heures, avec près de 25 000 patients Covid dont environ 2700 en réanimation.  Le nombre de décès a franchi aujourd'hui la barre des 68 000 depuis le début de l'épidémie. Mais à ce stade, le gouvernement exclut un 3e confinement. Le Premier ministre Jean Castex l'a dit aux présidents de groupes parlementaires. Les précisions de Stéphane Robert.

Cette crise sanitaire perturbe les examens dans les universités. Si certaines épreuves sont maintenues en présentiel, cela suscite parfois des réactions extrêmes. Exemple à Nantes, un gymnase universitaire qui devait accueillir des examens demain a été incendié la nuit dernière, sans faire de victime. La piste criminelle ne fait aucun doute, il y avait des tags revendicatifs sur les murs : "Partiels en distanciel ou pas de partiels du tout", "Examen sous Covid", "Foutage de gueule"...

Le journal L'Equipe est en partie paralysé par la grève. 80% des salariés étaient grévistes ce week-end, et le mouvement a été reconduit pour 24 heures aujourd'hui.  Conséquence, le quotidien sportif est absent des kiosques depuis samedi, et le site internet fonctionne au ralenti. Les salariés en grève contestent le plan d'économies de la direction qui veut supprimer une quarantaine de postes, environ  10 % des effectifs du groupe L'Equipe qui comprend aussi France Football et Vélo Mag. Le propriétaire, le groupe Amaury, est soupçonné de profiter de la crise sanitaire pour accélérer le passage au numérique.

Intervenants
  • Maître de conférences et chercheur en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris II Panthéon-Assas
À venir dans ... secondes ...par......