LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Lyon le 12 octobre 2020 : le centre de dépistage Covid installé au Palais des Sports est prévu pour accueillir entre 500 et 700 personnes par jour

Le gouvernement parle ouvertement d'une "deuxième vague" épidémique en France

14 min

Jean Castex confirme la gravité de la situation sanitaire : les indicateurs se dégradent et le Premier ministre n'exclut pas des reconfinements locaux pour enrayer le rebond de la Covid-19. Une nouvelle version de l'application StopCovid va être lancée.

Lyon le 12 octobre 2020 : le centre de dépistage Covid installé au Palais des Sports est prévu pour accueillir entre 500 et 700 personnes par jour
Lyon le 12 octobre 2020 : le centre de dépistage Covid installé au Palais des Sports est prévu pour accueillir entre 500 et 700 personnes par jour Crédits : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK - AFP

C'est Jean Castex lui-même qui l'a affirmé ce matin sur franceinfo. La France est confrontée à "une deuxième vague forte" de la Covid-19.  Et de fait ce soir, les chiffres confirment les propos du Premier ministre sur la détérioration de la situation sanitaire. Il y a désormais plus de 1500 patients Covid en réanimation, 1539, 56 de plus qu'hier. Rappelons que la France dispose d'environ 5000 lits de réanimation. Dans les dernières 24 heures, on a enregistré 96 décès supplémentaires, et la barre des 33 000 morts depuis le début de l'épidémie sera sans doute franchie dans les tout prochains jours. Pour endiguer la reprise épidémique, Jean Castex n'a pas exclu ce matin des reconfinements locaux.  Il s'agirait d'une solution ultime si le système hospitalier venait à être débordé, ce qui n'est pas le cas pour le moment. Les explications de Véronique Julia.

Autre annonce de Jean Castex ce matin, le lancement le 22 octobre prochain d'une nouvelle version de StopCovid, l'application censée permettre de retrouver les cas contacts lorsqu'une personne est positive au coronavirus. La première version n'est pas un succès avec seulement deux millions et demi de téléchargements depuis juin. A titre de comparaison, les équivalents allemand et britannique de StopCovid sont une réussite, avec plus de 15 millions de téléchargements. Les précisions de Maxime Tellier.

Plusieurs dizaines de policiers ont manifesté aujourd'hui devant le commissariat de Champigny-sur-Marne, cible d'une attaque aux mortiers d'artifice samedi soir. Les fonctionnaires ont exprimé leur colère face à la répétition des violences à leur encontre. D'autres rassemblements ont eu lieu un peu partout en France. L'affaire de Champigny intervient après la sauvage agression de deux policiers mercredi soir à Herblay dans le Val-d'Oise : l'un d'eux est toujours hospitalisé dans un état grave, mais son pronostic vital n'est plus engagé. Invité de ce journal, Grégory Joron, secrétaire général délégué du syndicat majoritaire SGP Unité Police Force Ouvrière. Il réclame une réponse pénale plus ferme   pour sanctionner les "criminels" qui s'en prennent aux forces de l'ordre.

Champigny-sur-Marne le 10 octobre 2020 : des individus tirent au mortier d'artifice sur le commissariat situé dans un quartier sensible. Il n'y a pas eu de blessé.
Champigny-sur-Marne le 10 octobre 2020 : des individus tirent au mortier d'artifice sur le commissariat situé dans un quartier sensible. Il n'y a pas eu de blessé. Crédits : Photo tirée du compte Twitter @LECAPRICIEUX94 - AFP
Écouter
7 min
Grégory Joron dénonce "des criminels qui doivent être traités comme tels" par la justice
Plusieurs dizaines de policiers se sont rassemblés lundi 12 octobre 2020 devant le commissariat de Champigny-sur-Marne attaqué au mortier d'artifice samedi soir. Ils ne veulent plus être des cibles.
Plusieurs dizaines de policiers se sont rassemblés lundi 12 octobre 2020 devant le commissariat de Champigny-sur-Marne attaqué au mortier d'artifice samedi soir. Ils ne veulent plus être des cibles. Crédits : MARTIN BUREAU - AFP

Alexandre Loukachenko figure désormais dans la liste des responsables biélorusses visées par des sanctions européennes. Les ministres des affaires étrangères de l'UE se sont finalement mis d'accord pour rajouter le nom du président autocrate. Il y a dix jours, les dirigeants européens avaient ménagé Loukachenko dans l'espoir de le voir mettre un terme à la répression en Biélorussie. Peine perdue, la police biélorusse est désormais autorisée à tirer à balles réelles sur les manifestants qui contestent la réélection du maître de Minsk.

Avec le réchauffement climatique, les catastrophes naturelles ont doublé en vingt ans. Constat alarmant établi par une agence de l'ONU, le Bureau des nations unies pour la réduction des risques de catastrophes. Le bilan est lourd : 1,2 million de morts en vingt ans, plus de quatre milliards de personnes touchées et une facture économique de 3000 milliards de dollars. Et selon l'ONU, le pire est à venir.

Intervenants
  • secrétaire général délégué du syndicat Unité SGP Police-FO
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......