LE DIRECT
Londres le 14 juin 2021 : le Premier ministre britannique Boris Johnson annonce la suspension de la dernière étape du déconfinement en Angleterre

L'Angleterre suspend son déconfinement

14 min

Face à la propagation rapide du variant indien, Boris Johnson a décidé de repousser de quatre semaines le retour à la vie normale. La mesure prise par le Premier ministre britannique ne concerne que l'Angleterre.

Londres le 14 juin 2021 : le Premier ministre britannique Boris Johnson annonce la suspension de la dernière étape du déconfinement en Angleterre
Londres le 14 juin 2021 : le Premier ministre britannique Boris Johnson annonce la suspension de la dernière étape du déconfinement en Angleterre Crédits : JONATHAN BUCKMASTER / POOL - AFP

C'est un décision inquiétante qui montre que la bataille contre le Covid-19 est loin d'être gagnée en Europe. Au Royaume-Uni, Boris Johnson s'est résolu à repousser de quatre semaines la levée des dernières restrictions sanitaires en Angleterre. Les Anglais devront attendre le 19 juillet pour retrouver leur entière liberté.  Le Premier ministre britannique a dû se rendre à l'évidence : le variant indien, rebaptisé variant Delta par l'Organisation mondiale de la santé, se propage très rapidement dans le pays. Ce déconfinement retardé ne concerne que l'Angleterre. Les autres nations constitutives du Royaume-Uni, l'Ecosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord, ont leur propre calendrier sanitaire. L'Ecosse par exemple a déjà décidé de ralentir son déconfinement face à la propagation du variant Delta.

En France, il n'est pas question pour l'instant de remettre en cause la levée des dernières restrictions sanitaires le 30 juin prochain.  Et pour cause, la situation continue à s'améliorer : il y a 12 374 patients Covid à l'hôpital ce soir, dont 2068 en soins critiques, des chiffres au plus bas depuis la mi-octobre.  Quant à la vaccination, plus de 30 millions de personnes ont reçu la première dose, soit 58% de la population adulte. Elles sont plus de 14 millions à être entièrement vaccinées.

Dans ces conditions, le port du masque en extérieur pourrait ne plus être obligatoire dès le 1er juillet prochain. Hypothèse avancée par le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, ce matin sur RTL. Le ministère de la Santé reste prudent, aucune décision ferme n'a été prise, mais il y a bien cette ambition d'en finir cet été avec le masque à l'air libre.

Unité et fermeté face à la Russie et la Chine, voilà le message délivré aujourd'hui à Bruxelles par les pays de l'OTAN. L'Alliance atlantique pointe notamment le défi systémique que représente la puissance chinoise décomplexée. Ce sommet marquait les retrouvailles avec l'allié américain. Joe Biden a définitivement tourné la page des provocations de Donald Trump. De quoi réjouir Emmanuel Macron. Le président français approuve la nouvelle impulsion donnée à l'OTAN.

Joe Biden reste à Bruxelles demain pour un sommet entre les Etats-Unis et l'Union européenne. Face au président américain, les deux principaux dirigeants de l'UE, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, et Charles Michel qui préside le Conseil européen. Pour évoquer les enjeux de ce sommet, invitée de ce journal, l'historienne Maya Kandel, chercheuse à l'Université Sorbonne nouvelle, spécialiste des Etats-Unis. Maya Kandel a publié en 2018 chez Perrin Les Etats-Unis et le monde. De George Washington à Donald Trump.

Écouter
10 min
Maya Kandel : "L'Amérique est de retour auprès de ses alliés historiques, les Européens"
Carbis Bay le 11 juin 2021 : le président américain Joe Biden, son homologue français Emmanuel Macron et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen lors du sommet du G7 au Royaume-Uni
Carbis Bay le 11 juin 2021 : le président américain Joe Biden, son homologue français Emmanuel Macron et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen lors du sommet du G7 au Royaume-Uni Crédits : LEON NEAL / POOL - AFP

Alors que les dirigeants occidentaux ne cessent de pointer la menace chinoise, voilà une information qui laisse perplexe. Selon nos confrères du site Politico, le français Qwant se tournerait vers Huawei pour trouver de l'argent frais. Qwant, c'est ce moteur de recherche qui rêve de concurrencer Google sur son terrain. Il a choisi Huawei pour se développer, alors que l'équipementier chinois est soupçonné d'espionnage pour le compte du régime de Pékin. 

Intervenants
  • historienne des Etats-Unis, chercheuse à l'Université Sorbonne Nouvelle.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......