LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Printemps 1960 : des harkis assistent à une fête religieuse à Ain Terzine dans le sud de la Kabylie

Emmanuel Macron "demande pardon" aux harkis

14 min

Le chef de l'Etat est allé au-delà de la simple reconnaissance de responsabilité française dans le drame des harkis, abandonnés par la France après la guerre d'Algérie. Sa demande de pardon s'accompagnera d'une loi de réparation pour ces Algériens qui ont aidé l'armée française.

Printemps 1960 : des harkis assistent à une fête religieuse à Ain Terzine dans le sud de la Kabylie
Printemps 1960 : des harkis assistent à une fête religieuse à Ain Terzine dans le sud de la Kabylie Crédits : MARC GARANGER / AURIMAGES VIA AFP - AFP

Depuis la fin de la guerre d'Algérie, il y a bientôt 60 soixante ans, les harkis attendent que la France reconnaisse leurs souffrances. Emmanuel Macron est allé plus loin que ses prédécesseurs aujourd'hui. Il a demandé pardon à ces Algériens qui ont combattu aux côtés de l'armée française pendant la guerre d'Algérie. 200 000 auxiliaires furent recrutés entre 1954 et 1962. Certains ont pu rejoindre la France à la fin du conflit, environ 90 000 personnes. Plusieurs dizaines de milliers d'autres, abandonnés sur le sol algérien et considérés comme des traîtres par le nouveau pouvoir, ont subi les pires représailles. Emmanuel Macron a estimé que les harkis méritaient bien plus qu'une simple reconnaissance de responsabilité. Simon Le Baron a suivi le discours du président devant les représentants de la communauté harkie réunis à l'Elysée.     

Écouter
1 min
Emmanuel Macron demande pardon aux harkis : le reportage de Simon Le Baron à l'Elysée

Invitée de ce journal, Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée aux Armées, en charge notamment des anciens combattants. "Les harkis ne sont pas des traîtres, ce sont des personnes loyales et fidèles", affirme la ministre qui regrette les relations difficiles avec l'Algérie sur ces questions mémorielles.

Écouter
4 min
Geneviève Darrieussecq : "Il est absolument inacceptable de parler de traîtres quand on parle de harkis"

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

La cour d'assises spéciale de Paris a une nouvelle fois revécu aujourd'hui l'horreur des attentats du 13 novembre 2015. La cour a entendu le témoignage glaçant d'un enquêteur chargé des constatations policière à La Belle Equipe. Les djihadistes avaient au hasard pris pour cible ce bar du 11e arrondissement de Paris. 21 personnes y ont été massacrées. 

C'est une étape importante vers le retour à la vie normale dans un monde meurtri par la pandémie. Les Etats-Unis lèveront le 1er novembre prochain leurs restrictions aux voyages internationaux. Ce "travel ban" avait été mis en place en mars 2020. Les voyageurs étrangers pourront à nouveau mettre le pied sur le sol américain, à condition d'être vaccinés et de présenter un test négatif à l'entrée aux Etats-Unis.

Il avait sauvé un millier de personnes lors du génocide rwandais en 1994. Et son histoire avait donné lieu à un film, "Hôtel Rwanda". Cela n'a pas suffi à lui épargner les foudres de la justice de son pays. Paul Rusesabagina a été condamné aujourd'hui à 25 ans de prison pour terrorisme. Officiellement, il serait impliqué dans des attaques armées au Rwanda. En fait, Paul Rusesabagina est surtout devenu un farouche adversaire de l'homme fort de Kigali, le président Paul Kagame. La Belgique, l'ancienne puissance coloniale, estime ce soir que Paul Rusesabagina n'a pas bénéficié d'un procès juste et équitable. De leur côté, les Etats-Unis expriment leur préoccupation après cette condamnation.

Intervenants
  • Ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants.
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......