LE DIRECT
Gérald Darmanin sur le plateau de France 2 avant son intervention dans le journal de 20h le 26 novembre 2020

Gérald Darmanin assume sa politique de fermeté

15 min

Devant la commission des lois de l'Assemblée, le ministre de l'Intérieur a tenté de justifier le repli du gouvernement sur la "sécurité globale". L'article 24 du texte va faire l'objet d'une "réécriture totale". Mais pour Gérald Darmanin, il n'y a pas de divorce entre la police et la population.

Gérald Darmanin sur le plateau de France 2 avant son intervention dans le journal de 20h le 26 novembre 2020
Gérald Darmanin sur le plateau de France 2 avant son intervention dans le journal de 20h le 26 novembre 2020 Crédits : THOMAS COEX - AFP

Faut-il parler d'une reculade du gouvernement face aux manifestations massives du week-end dernier ? En tout cas, Emmanuel Macron a demandé à sa majorité de "réécrire totalement" l'article 24 de la proposition de loi sur la sécurité globale. Le texte, adopté pourtant en première lecture à l'Assemblée, prévoyait de pénaliser la diffusion malveillante d'images des forces de l'ordre en intervention. Ce repli gouvernemental touche directement Gérald Darmanin. Le ministre de l'Intérieur est devenu la cible de l'opposition, il est sommé de s'expliquer sur les dérapages de certains policiers : deux fonctionnaires ont été incarcérés la nuit dernière pour le passage à tabac du producteur de musique Michel Zecler. C'est dans ce contexte chahuté que Gérald Darmanin a été entendu aujourd'hui par la commission des lois de l'Assemblée. Le ministre est resté ferme sur ses positions, en dépit des critiques venues de son propre camp. Dossier dans ce journal avec Rosalie Lafarge, et le commentaire de notre invitée, Blandine Brocard, députée MoDem du Rhône. Blandine Brocard était favorable à la première version de l'article 24, au nom de la défense des forces de l'ordre.

"Sécurité globale" : Emmanuel Macron a demandé à sa majorité une "réécriture totale" de l'article 24 de la proposition de loi
"Sécurité globale" : Emmanuel Macron a demandé à sa majorité une "réécriture totale" de l'article 24 de la proposition de loi Crédits : Visactu
Écouter
1 min
Rosalie Lafarge revient sur l'audition de Gérald Darmanin devant la commission des lois
Écouter
5 min
Blandine Brocard : "On a un devoir, protéger ceux qui nous protègent"

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

Nicolas Sarkozy s'est montré très offensif lors de la reprise de son procès dans l'affaire dite des écoutes. "Je ne reconnais aucune de ces infamies avec lesquelles on me poursuit depuis six ans", a déclaré l'ancien président. Jugé pour corruption, Nicolas Sarkozy est accusé d'avoir promis une promotion à l'ancien haut magistrat Gilbert Azibert. Gilbert Azibert était présent sur le banc des prévenus, de même que Thierry Herzog, l'avocat de l'ex-chef de l'Etat. Pour ce procès, c'est une avocate, maître Jacqueline Lafon, qui assure la défense de Nicolas Sarkozy. Cet après-midi, elle a dénoncé l'enquête controversée menée en parallèle de l'instruction. Le compte rendu d'audience d'Anne Fauquembergue.

Au Mali, un groupe affilié à Al-Qaïda a revendiqué plusieurs attaques simultanées contre des forces étrangères et maliennes à Ménaka, Gao et Kidal. Parmi les cibles, la force française Barkhane. Ces attaques à la roquette contre des camps militaires n'ont pas fait de blessé, juste des dégâts matériels, mais elles montrent que la menace jihadiste ne faiblit pas dans le nord et l'est du Mali. Les précisions de Nathalie Hernandez.

Pour la première fois dans l'histoire du Goncourt, c'est en visioconférence que le plus prestigieux des prix littéraires français a été décerné aujourd'hui. Le lauréat, Hervé Le Tellier, a été récompensé pour son roman "L'Anomalie", paru chez Gallimard.  Hervé Le Tellier est le président de l'Oulipo, l'Ouvroir de littérature potentielle. Son roman raconte un événement qui se produit deux fois, un vol Paris-New York avec les mêmes passagers. Et ce n'est pas le prix Goncourt qui va changer sa façon d'écrire.

À venir dans ... secondes ...par......