LE DIRECT
Depuis les années 1950, au moins 10.000 enfants ont été victimes de prêtres pédocriminels.

Pédocriminalité dans l'Église : au moins 10 000 victimes depuis 1950

25 min

De 3 000 en juin, on est passé à au moins 10 000 victimes de pédocriminalité dans l'Église de France depuis les années 1950. Et ce n'est qu'un point d'étape de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Église mise en place en 2018. Elle doit rendre ses travaux fin septembre.

Depuis les années 1950, au moins 10.000 enfants ont été victimes de prêtres pédocriminels.
Depuis les années 1950, au moins 10.000 enfants ont été victimes de prêtres pédocriminels. Crédits : ALAIN JOCARD - AFP

"Un chiffre noir et d'une ampleur incroyable" estime le président de l'association la parole libérée, François Devaux. Ce "chiffre noir" ce sont ces 10 000 enfants victimes de violences sexuelles par des ecclésiastiques en France depuis le début des années 1950. Un chiffre qui n'est encore qu'une estimation, un point d'étape, de la Commission indépendante qui enquête sur ce sujet au sein de l'Église depuis 2018. Elle doit rendre ses travaux fin septembre. C'est grâce à une cellule d'écoute et de nombreux appels à témoins que cette commission présidée par Jean-Marc Sauvé a déjà recueilli la parole de plusieurs milliers de personnes. Pour les associations de victimes, c'est une étape essentielle qui marque l'ampleur de ce phénomène d'abus sexuel sur les enfants, non seulement au sein de l'Église, mais plus largement dans toute la société française. Nous entendrons François Devaux est le co-fondateur de l'association de victimes La parole libérée.

Les autres titres du journal

C'est ce qu'on appelle une riposte organisée. Au lendemain de sa condamnation à trois ans de prison dont un ferme dans l'affaire dite des écoutes, Nicolas Sarkozy clame son innocence dans les colonnes du Figaro à paraitre demain. Stéphane Robert a pu lire cet entretien.

La Haute Autorité de Santé recommande désormais d'avoir recours aux pharmaciens, aux infirmiers et aux sages-femmes pour administrer tous les vaccins disponibles en France. Jusqu'à présent, elle souhaitait que ces professionnels injectent uniquement le vaccin AstraZeneca. On en parle avec notre invité dans ce journal : Gilles Bonnefond, président de l'union des syndicats de pharmaciens d'officine.

Écouter
4 min
Gilles Bonnefond : "On peut tout faire, y compris en pharmacie. Quel que soit le type de vaccin. Ce n'est pas la logistique qui va nous arrêter."

Le patron des services de sécurité russes fait partie de la liste des personnes sanctionnées aujourd'hui par les États-Unis. Premières sanctions décidées par la nouvelle administration Biden. La Maison Blanche vise ceux qui seraient, selon elle, impliquée dans l'empoisonnement d'Alexeï Navalny. 

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......