LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Manifestants "gilets jaunes", syndicats, "black blocs" et forces de l'ordre présents à Paris lors de la manifestation du 1er-Mai.

1er-Mai : importante mobilisation dans toute la France et des incidents à Paris

15 min

Il y avait du monde dans la rue pour le 1er-Mai : 165 000 manifestants partout en France selon le ministère de l'Intérieur, 300 000 selon la CGT. A Paris quelques heurts ont éclaté, d'abord à Montparnasse puis aux alentours de la place d'Italie, lieu d'arrivée du cortège.

Manifestants "gilets jaunes", syndicats, "black blocs" et forces de l'ordre présents à Paris lors de la manifestation du 1er-Mai.
Manifestants "gilets jaunes", syndicats, "black blocs" et forces de l'ordre présents à Paris lors de la manifestation du 1er-Mai. Crédits : Le Pictorium/Maxppp - Maxppp

Le ministère de l'Intérieur annonce environ 165 000 manifestants en France dont 28 000 à Paris, la CGT - elle - parle de plus de 300 000 marcheurs dans le pays et 80 000 à Paris.  Selon le comptage des médias, 40 000 personnes étaient rassemblées dans la capitale.  Autres chiffres, ceux du parquet de Paris qui signale 148 personnes placées en garde à vue. En tout, 200 personnes ont été interpellées d'après la préfecture et un peu plus de 12 500 contrôles préventifs ont été effectués.

Autre événement lié au 1er-Mai, Philippe Martinez - secrétaire général de la CGT - a dû momentanément quitter le cortège. Coincé dans des affrontements entre "black blocs" et forces de l'ordre il s'est replié dans une rue adjacente où il a essuyé des jets de bouteilles lancées par des extrêmes, selon un témoin. Malgré cela, le secrétaire général est resté dans le cortège, en retrait. Il s'est ensuite exprimé. Selon lui, le 1er-Mai s'est "bien passé", il y avait "un nombre de manifestants considérable", le "message était audible". Pour Philippe Martinez, ce sont le ministère de l'Intérieur et le préfet de police qui ont créé un "climat pour que les choses se passent mal". Le secrétaire général l'affirme : la police a chargé la CGT alors qu'elle était  bien identifiée.

Ailleurs en France, les marches du 1er-Mai se sont déroulées dans le calme.  A Montpellier, ils étaient près de 2 500, 1 500 à Lille ou encore environ 2 000 à Besançon. A Lyon, ils étaient un peu plus de 6 000 selon la préfecture à arpenter les rues, 9 500 selon les syndicats.

Au Venezuela, les soutiens de Juan Guaido répondent présents ce mercredi encore et continuent de manifester. Des heurts sont en cours entre partisans de l'opposition et forces de l'ordre. Les manifestants semblent gagner du terrain autour de la base militaire aérienne. Hier Juan Guaido affirmait avoir le soutien d'un groupe de soldats rebelles. De leur côté, les Etats-Unis se tiennent prêts - si nécessaire - à faire intervenir l'armée américaine, et accusent la Russie de déstabiliser le pays.

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......