LE DIRECT
Emmanuel Macron demande aux policiers israéliens de quitter la basilique Sainte-Anne dans la vieille ville de Jérusalem

Quand Emmanuel Macron emboîte le pas de Jacques Chirac à Jérusalem

15 min

Au premier jour de sa visite en Israël, le président français a eu une altercation avec la sécurité israélienne. Les policiers voulaient entrer dans la basilique Sainte-Anne, territoire français à Jérusalem, ce qu'Emmanuel Macron a refusé.

Emmanuel Macron demande aux policiers israéliens de quitter la basilique Sainte-Anne dans la vieille ville de Jérusalem
Emmanuel Macron demande aux policiers israéliens de quitter la basilique Sainte-Anne dans la vieille ville de Jérusalem Crédits : LUDOVIC MARIN - AFP

Voilà des images qui marqueront l'histoire des visites présidentielles françaises en Israël. Un incident a opposé aujourd'hui à Jérusalem Emmanuel Macron à la police israélienne. Les policiers ont essayé de pénétrer dans l'enceinte de la Basilique Sainte-Anne, un lieu qui a le statut de territoire français en plein cœur de la vieille ville. Le chef de l'Etat a refusé cette intrusion. L'incident rappelle bien sûr l'échange musclé entre Jacques Chirac et la sécurité israélienne en 1996. Le reportage à Jérusalem de Frédéric Métézeau.  

Ce matin, Emmanuel Macron avait rencontré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, puis le président de l'Etat hébreu Reuven Rivlin. L'occasion pour le président français de rappeler sa position sur les nouvelles formes d'antisémitisme : "l'antisionisme, lorsqu'il est la négation de l'existence d'Israël comme Etat, est un antisémitisme", a déclaré le chef de l'Etat.

17 morts, c'est le dernier bilan provisoire du mystérieux coronavirus en Chine. Les autorités chinoises ont décidé de suspendre tous les transports à Wuhan, la métropole de 11 millions d'habitants d'où l'épidémie est partie. Les précisions de notre correspondante à Pékin Dominique André.

Le gouvernement a décidé de faire un geste financier pour les jeunes enseignants-chercheurs. Leur salaire va être revalorisé dès l'an prochain, et ils toucheront au minimum deux fois le SMIC en début de carrière. Une enveloppe globale de 26 millions d'euros est prévue à cet effet. Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, est l'invitée de ce journal. 

Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, le 22 janvier au Sénat
Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, le 22 janvier au Sénat Crédits : Nathalie Lopes - Radio France
Écouter
5 min
Frédérique Vidal : "nous avons un problème d'attractivité lié à la faiblesse des rémunérations"

Ce plan de revalorisation annoncé par le gouvernement est d'ores et déjà contesté par de nombreux enseignants-chercheurs. A l'image de Gilles Martinet, doctorant, attaché temporaire d'enseignement et de recherche. Il fait partie du collectif "Facs et labos en lutte". Nous l'écouterons.

Écouter
1 min
Pour Gilles Martinet, la revalorisation ne règle pas le problème de la précarité dans l'enseignement et la recherche
Intervenants
  • ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......