LE DIRECT
Une situation qui peut s'expliquer par la proximité du Doubs avec la Suisse où le virus circule de plus en plus.

Le Doubs, département où le rebond de l'épidémie de Covid-19 est plus fort

16 min

Le département du Doubs est l'un des territoires les plus touchés par la deuxième vague de Covid-19. Sa proximité avec la Suisse, où le virus frappe plus fort ces dernières semaines, pourrait expliquer la situation. L'hôpital de Pontarlier s'attend à un déferlement de malades après Noël.

Une situation qui peut s'expliquer par la proximité du Doubs avec la Suisse où le virus circule de plus en plus.
Une situation qui peut s'expliquer par la proximité du Doubs avec la Suisse où le virus circule de plus en plus. Crédits : Hôpital de Pontarlier

A moins de deux jours des fêtes de Noël, l'épidémie de coronavirus en France ne montre pas de signe de faiblesse. 15 000 nouvelles contaminations ces dernières 24h, 276 décès supplémentaires. La région la plus touchée par la deuxième vague est la Bourgogne France Comté, et en particulier le département du Doubs. Un territoire frontalier de la Suisse où le virus frappe plus fort ces dernières semaines. Et avec des frontières ouvertes, cela pourrait bien être une des explications de la situation actuelle côté Français. En témoigne, la mobilisation au centre de dépistage ouvert au début du mois par le l'hôpital de Pontarlier. Reportage signé Bénédicte Robin.

Les chiffres du Covid-19 en France au 23 décembre
Les chiffres du Covid-19 en France au 23 décembre Crédits : Visactu

Les autres titres du journal

Pendant ce temps, la tension monte au Royaume-Uni. Malgré l'annonce hier de la réouverture des frontières avec la France, pour les français et ressortissants européens, à la condition de présenter un test Covid négatif de moins de 72 heures, les scènes d'embouteillages n'ont pas pris fin aujourd'hui. Des milliers de véhicules, voitures, camions, attendent de pouvoir quitter le territoire. Après 48h de blocage, le désengorgement semble loin de commencer, alors les esprits s'échauffent. Reportage à Douvres, de Laure Van Ruymbeke.

Le contraire aurait été surprenant, le Conseil d'Etat valide la fermeture des lieux de culture. La plus haute juridiction administrative avait été saisie en urgence par plusieurs organisations professionnelles. A cette heure, souligne le Conseil d'Etat, le "caractère très évolutif" de l'épidémie, ne permet pas la réouverture des théâtres et les cinémas. Néanmoins, certains arguments présentés par les représentants du monde de la culture sont jugés valides, offrant ainsi un espoir de voir la situation évoluer favorablement. Précisions de Benoit Grossin.

Donald Trump met son veto au budget de la défense. Un texte qui manque, selon ses mots, de "mesures cruciales pour la sécurité nationale" et qui va à l'encontre de ce qu'il a pu faire dans son mandat. Comme le texte a été adopté par le Congrès à une majorité écrasante, il devrait tout de même passer malgré l'opposition du président. Toutefois, c'est la deuxième fois en deux jours que le futur ex-président américain tape du poing sur la table. Hier, il a refusé de signer le plan de relance économique pour le pays, alors qu'après plusieurs mois de négociations, démocrates et républicains avaient trouvé un accord, notamment sur une aide de 600 dollars pour chaque américain. Montant insuffisant pour Donald Trump qui exige 2 000 dollars. A Washington, les précisions de Grégory Philipps.

Pour Vladimir Poutine, il n'y a rien à attendre de la future administration américaine. Le président russe la qualifie même de "russophobe". Il faut dire qu'à un mois de l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche, les futures relations diplomatiques sont déjà ternies par la grande cyberattaque qui a visé des grandes entreprises et des agences gouvernementales aux Etats-Unis. Une intrusion que des experts en sécurité informatique attribuent au Kremlin, bien que ce dernier nie fermement être impliqué dans l'affaire. Cette attaque, dixit Joe Biden, ne peut rester "sans réponse". Pour en parler, l'invité de ce journal est Loïc Guézo, analyste cybersécurité, secrétaire général de l'association Le Clusif, le Club de la sécurité de l'information français.

Écouter
4 min
Loïc Guézo : "Sur le mandat de Donald Trump, on ne peut que constater un souci constant de minimiser l'impact potentiel des cyberattaques russes sur le dispositif américain."
À venir dans ... secondes ...par......