LE DIRECT
Emmanuel Macron et Charles Michel, le premier ministre belge, lors du sommet social européen à Göteborg en Suède, le 17 novembre.

L'Europe sociale dont rêve la gauche reste encore un slogan

15 min

Les 28 dirigeants de l'Union européenne ont adopté aujourd'hui à Göteborg en Suède, un socle des droits sociaux européens. Une vingtaine de mesures symboliques pour un marché plus juste et plus efficace, mais pas de contrainte véritable.

Emmanuel Macron et Charles Michel, le premier ministre belge, lors du sommet social européen à Göteborg en Suède, le 17 novembre.
Emmanuel Macron et Charles Michel, le premier ministre belge, lors du sommet social européen à Göteborg en Suède, le 17 novembre. Crédits : LAURIE DIEFFEMBACQ - AFP

Il était l'un des parrains les plus connus en Italie, celui que l'on surnommait "le fauve" pour sa froideur et sa cruauté. Toto Riina, l'ancien patron de Cosa nostra, la mafia sicilienne, est mort ce matin à Parme, en prison. Il avait été condamné à 26 peines de détention à vie pour avoir commandité plus de 150 meurtres. Gaspare Moutolo, l'un de ses anciens bras-droit, aujourd'hui âgé de 76 ans, raconte à Mathilde Imberti ce qu'étaient les méthodes de la mafia sicilienne.

Paris, terre d'accueil de Saad Hariri. Après deux semaines en Arabie saoudite, le Premier ministre libanais doit rencontrer Emmanuel Macron demain midi. Quel rôle entend jouer la France dans cette crise diplomatique ?Nous en parlerons avec l'invité de ce journal : Karim Bitar, professeur de relations internationales à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth.

Crédits : Visactu

C'était il y a un an presque jour pour jour. Le 15 novembre 2016, un homme avec un fusil à pompe rentre dans les locaux de BFMTV et menace un rédacteur en chef. Trois jours après, il se rend dans les locaux de libération et tire sur un photographe le blessant grièvement. Un peu plus tard il visera aussi l'immeuble de la Société Générale. Abdelhakim Dekhar sera finalement arrêté au bout de cinq jours. Son procès s'est ouvert ce matin devant la cour d'assises de Paris.  Un accusé aux propos assez confus.

Ils nous promettaient des solutions "innovantes" pour financer la protection du patrimoine. C'est finalement une idée vieille d'une dizaine d'années qui a été retenue par L'Elysée et le gouvernement. Un tirage spécial du loto sera réalisé l'an prochain pour les journées du Patrimoine. Les recettes n'iront pas dans les caisses de l'Etat mais seront reversées à la Fondation du Patrimoine. Une méthode chère aux Britanniques, mais dont Bercy ne voulait pas jusqu'ici.

Crédits : Visactu
Intervenants
  • Directeur de l'Institut des Sciences politiques de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......