LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Emmmanuel Macron à Ouagadougou (Burkina Faso) le 28 novembre 2017, accompagné du président burkinabè Roch Kaboré

Un sommet franco-africain sans chef d'État, à part Emmanuel Macron

15 min

Emmanuel Macron sera le seul chef d'État présent demain à Montpellier pour le Nouveau Sommet Afrique-France. Aucun dirigeant africain n'a été invité. En revanche, la société civile africaine sera représentée.

Emmmanuel Macron à Ouagadougou (Burkina Faso) le 28 novembre 2017, accompagné du président burkinabè Roch Kaboré
Emmmanuel Macron à Ouagadougou (Burkina Faso) le 28 novembre 2017, accompagné du président burkinabè Roch Kaboré Crédits : LUDOVIC MARIN - AFP

C'est un sommet Afrique-France inédit qui va s'ouvrir demain à Montpellier. Inédit, car pour la première fois dans l'histoire de ces rencontres organisées depuis une cinquantaine d'années, il n'y aura aucun chef d'État africain présent. À leur place, 3 000 participants, dont un millier de jeunes venus d'Afrique. Emmanuel Macron a voulu privilégier la société civile pour relancer la relation franco-africaine.

Écouter
1 min
Un sommet sans chef d'Etat africain : les explications de Bertrand Gallicher

Invité de ce journal, Thierry Vircoulon, chercheur associé à l'IFRI, l'Institut français des relations internationales. Pour Thierry Vircoulon, il est clair qu'Emmanuel Macron s'est inspiré de l'ancien président américain Barack Obama pour organiser ce nouveau genre de sommet franco-africain. En toile de fond, il y a aussi la dégradation de la relation franco-africaine avec deux exemples récents : la réduction drastique des visas accordés au Maroc, à l'Algérie et à la Tunisie, et les tensions franco-maliennes autour du groupe russe Wagner, qui pourrait fournir des mercenaires au Mali.

Écouter
4 min
Thierry Vircoulon : "Cette idée d'un sommet avec la société civile a été piquée à Obama"

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

Le secret de la confession est-il plus fort que les lois de la République ? Oui, avait répondu sur franceinfo Monseigneur Eric de Moulins-Beaufort, au lendemain de la publication du rapport Sauvé sur la pédocriminalité dans l'Eglise catholique. Propos dénoncés par le gouvernement, à tel point que le président de la Conférence des évêques de France a été fermement invité à s'expliquer. A la demande d'Emmanuel Macron, Eric de Moulins-Beaufort sera reçu par Gérald Darmanin mardi prochain. Le ministre de l'Intérieur est aussi le ministre des Cultes. "Le secret de la confession s'impose à nous", avait tenté d'expliquer le patron des évêques français. "C'est l'honneur de la République que de respecter la dignité de conscience de chacun", ajoute ce soir Mgr de Moulins-Beaufort .

La disparition d'une figure de la presse et du paysage audiovisuel français. Etienne Mougeotte est mort aujourd’hui à l'hôpital, emporté par la maladie à l'âge de 81 ans. Longtemps journaliste à la radio et à la télévision, Etienne Mougeotte était devenu en 1987 le vice-président de TFI, poste qu'il occupera pendant vingt ans. Il avait ensuite dirigé les rédactions du Figaro de 2007 à 2012.

Un pas décisif a été franchi aujourd'hui pour une réforme mondiale de la fiscalité. Deux pays, l'Estonie et l'Irlande, annoncent qu'ils approuvent la proposition de l'OCDE, à savoir un taux de 15% pour l'impôt sur les sociétés. Ce texte est une petite révolution en Irlande, dont l'économie repose en partie sur la faiblesse de sa fiscalité pour les entreprises. A noter que la Hongrie devient ce soir le seul pays de l'OCDE à ne pas avoir rejoint cet accord mondial sur la fiscalité des entreprises.  

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......