LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le Premier ministre tchèque Andrej Babiš lors du "sommet démographique" organisé par son homologue hongrois Viktor Orban le 23 septembre 2021 à Budapest

"Pandora Papers" : le Premier ministre tchèque dans la tourmente

14 min

Les "Pandora Papers" révèlent l''ampleur des montages fiscaux occultes impliquant de très nombreux dirigeants. Le Premier ministre tchèque Andrej Babiš est passé par des sociétés offshore situées dans des paradis fiscaux pour acheter de luxueuses propriétés sur la Côte d'Azur.

Le Premier ministre tchèque Andrej Babiš lors du "sommet démographique" organisé par son homologue hongrois Viktor Orban le 23 septembre 2021 à Budapest
Le Premier ministre tchèque Andrej Babiš lors du "sommet démographique" organisé par son homologue hongrois Viktor Orban le 23 septembre 2021 à Budapest Crédits : ATTILA KISBENEDEK - AFP

Le chiffre est impressionnant. Ce sont 35 chefs d'Etat et de gouvernement en activité ou à la retraite qui sont mis en cause dans les "Pandora Papers", la dernière enquête du Consortium international des journalistes d'investigation à laquelle a participé la cellule d'investigation de Radio France. On y trouve le roi de Jordanie Abdallah II, le président kenyan Uhuru Kenyatta ou bien encore un dirigeant en exercice d'un pays de l'Union européenne, le Premier ministre tchèque Andrej Babiš. Ces dirigeants sont accusés d'avoir eu recours à des montages fiscaux via des sociétés offshore pour dissimuler des investissements immobiliers ou financiers. L'affaire fait grand bruit en République tchèque, à cinq jours des élections législatives. Andrej Babiš, candidat à sa succession, est sommé de s'expliquer sur ses achats immobiliers sur la Côte d'Azur, notamment un château à Mougins près de Cannes. Il se dit innocent, mais il admet tout de même que ces montages sont indignes d'un homme politique.

Écouter
1 min
La correspondance à Prague d'Alexis Rosenzweig

Invitée de ce journal, Sara Brimbeuf, responsable de plaidoyer pour les flux financiers illicites à Transparency International France. Pour Sara Brimbeuf, ces "Pandora Papers" révèlent l'ampleur des circuits de blanchiment auxquels certains responsables politiques ont recours.

Écouter
5 min
Sara Brimbeuf : "On retrouve dans les Pandora Papers des schémas de blanchiment"
JOHN SAEKI
JOHN SAEKI Crédits : AFP

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

La gauche sort renforcée des élections municipales en Italie, un scrutin partiel concernant plusieurs grandes villes, dont Rome et Milan. Selon les sondages de sortie des urnes, les candidats de gauche s'imposent dès le premier tour à Milan, Naples et Bologne. Il s'agit d'un succès pour le principal parti italien de centre gauche, le Parti démocrate de l'ancien président du conseil Enrico Letta. En revanche, il y aura un deuxième tour à Rome et Turin, deux villes où la droite conserve ses chances.

La flambée des prix de l’énergie était au menu de l’Eurogroupe, les pays de la zone euro réunis aujourd'hui à Luxembourg. Les ministres de l’économie et des finances des pays les plus impactés, France et Espagne en tête, réclament une réforme du marché européen de l’énergie. Plusieurs pistes sont sur la table : la France demande que l’ on dissocie le prix de l’électricité de celui du gaz, alors que l'Espagne souhaite des achats groupés de gaz au niveau européen, comme pour les vaccins. 

La Commission Sauvé rendra demain son rapport sur la pédocriminalité au sein de l'Eglise catholique. Jean-Marc Sauvé a donné à l'AFP une première estimation : depuis 1950, environ 3000 prêtres ou hommes d'église se seraient rendus coupables d'abus sexuels. Le nombre de victimes mineures est évalué à 216 000. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......