LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Yannick Jadot au soir de sa victoire à la primaire écologiste à Pantin ce 28 septembre 2021

Primaire écologiste : le modéré Yannick Jadot l'emporte face à la radicale Sandrine Rousseau

14 min

Les écologistes ont fait le choix de la modération : Yannick Jadot sera leur candidat à l'élection présidentielle. Une victoire sur le fil pour l'eurodéputé, 51% des voix face à l'écoféministe Sandrine Rousseau.

Yannick Jadot au soir de sa victoire à la primaire écologiste à Pantin ce 28 septembre 2021
Yannick Jadot au soir de sa victoire à la primaire écologiste à Pantin ce 28 septembre 2021 Crédits : GEOFFROY VAN DER HASSELT - AFP

Yannick Jadot a confirmé son statut de favori de la primaire écologiste. L'eurodéputé a remporté aujourd'hui le 2e tour avec une faible avance sur sa rivale Sandrine Rousseau : 51,03% contre 48,97% pour la candidate de l'écoféminisme radical. Les résultats ont été proclamés sur une péniche à Pantin aux portes de Paris. C'est la deuxième fois que Yannick Jadot remporte la primaire écologiste. Mais en 2017, il avait renoncé à se présenter à l'Elysée, préférant se rallier au socialiste Benoît Hamon. Cette fois, il sera bien candidat à la présidentielle en avril prochain. Invité de ce journal, Daniel Boy, directeur de recherche au Cevipof de Sciences Po, spécialiste de l'écologie politique.

Écouter
1 min
Le reportage de Claire Flochel sur la proclamation des résultats de la primaire écologiste
Écouter
5 min
Daniel Boy : "Quand on regarde les programmes, il n'y a pas une différence gigantesque entre Yannick Jadot et Sandrine Rousseau"
PAZ PIZARRO, JONATHAN WALTER, AUDE GENET
PAZ PIZARRO, JONATHAN WALTER, AUDE GENET Crédits : AFP

A droite, les adhérents du parti Les Républicains désigneront le 4 décembre prochain leur candidat à la présidentielle. En attendant, Eric Zemmour progresse dans les sondages : une enquête Harris Interactive pour le magazine Challenges le donne aujourd'hui entre 13 et 14% selon les scénarios, soit un petit point derrière Xavier Bertrand. Le polémiste identitaire sème le trouble au sein de la droite dite républicaine. A tel point que certains responsables LR comme Eric Ciotti ou François-Xavier Bellamy commencent à afficher ouvertement leur sympathie pour ses idées. Ce matin à l'Assemblée, le groupe parlementaire LR a tenté de lever l'hypothèque Zemmour en l'excluant de fait du processus de désignation.

Conséquence peut-être du phénomène Zemmour, l'immigration s'impose comme l'un des thèmes majeures de ce début de campagne présidentielle. Emmanuel Macron veut montrer qu'il n'est pas inactif sur le sujet. Le président a décidé de réduire drastiquement le nombre de visas accordés à trois pays du Maghreb, le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. La réduction atteindra 50% pour les Marocains et les Algériens, 33% pour les Tunisiens. La France reproche à ces trois pays de ne reprendre qu'une infime partie de leurs ressortissants expulsés. Deux documents sont nécessaires pour ces expulsions, l'OQTF, l'obligation de quitter le territoire français, et le laisser-passer consulaire délivré lui par les autorités du pays d'origine. 

En Allemagne, il y a toujours ce soir deux candidats déclarés à la chancellerie après les législatives de dimanche. D'un côté, le social-démocrate Olaf Scholz, arrivé en tête du scrutin. Et de l'autre, le conservateur Armin Laschet, qui le talonne. Mais le successeur désigné d'Angela Merkel ne fait plus l'unanimité dans son camp. Responsable du plus mauvais score de l'histoire de l'union CDU/CSU, Armin Laschet a été lâché aujoud'hui par ses alliés bavavois de la CSU. 

Intervenants
  • politiste, directeur de recherche émérite au CEVIPOF, spécialiste de l'écologie politique.
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......