LE DIRECT
Le message brandi par des milliers de personnes après l’attaque du journal, le 7 janvier 2015.

Le CSA saisi après l'intervention à la télévision de Farid Benyettou portant un badge "Je suis Charlie"

15 min
À retrouver dans l'émission

Farid Benyettou, ex mentor des frères Kouachi, invité de l’émission Salut les Terriens pour présenter son livre "Mon djihad, itinéraire d'un repenti" a brandi un badge "Je suis Charlie". La commission d’enquête sur les réseaux djihadistes saisit le CSA et en appelle à la déontologie des médias.

Le message brandi par des milliers de personnes après l’attaque du journal, le 7 janvier 2015.
Le message brandi par des milliers de personnes après l’attaque du journal, le 7 janvier 2015. Crédits : ANWAR AMRO - AFP

Jon Palais, militant altermondialiste Landais, a été jugé ce lundi 9 janvier pour le vol de 14 chaises dans une agence BNP Paribas de Paris, en octobre 2015. Plus d’un millier de personnes sont venues soutenir le "faucheur de chaises", qui entendait dénoncer ainsi l’évasion fiscale, devant le tribunal de Dax. Le Procureur de la République a requis la dispense de peine. La décision a été mise en délibéré au 23 janvier.

Hadopi a sept ans. Mardi 9 janvier, la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet doit présenter son rapport d’activité à la Maison de l’Amérique Latine, à Paris. Notre invité, Marc Rees, journaliste et rédacteur en chef du site Next INpact, nous explique déjà qu’il y a eu plus de huit millions d’avertissements envoyés aux internautes qui téléchargent illégalement, pour quelques 1300 dossiers transmis à la justice et seulement 75 condamnations connues, depuis octobre 2010. Selon l’expert en droit du numérique "la Hadopi a pour ambition de monter à 100% de sa capacité, à savoir que l’intégralité des saisines soient traitées". Depuis 2010, il y a eu 125 millions de saisines.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

En Turquie, le Président Recep Tayyip Erdogan veut de plus en plus de pouvoirs. Le parlement examine depuis ce lundi 9 janvier une réforme de la Constitution qui permettrait de transférer le pouvoir exécutif du Premier ministre, comme le prévoit la Constitution actuelle, vers le Président, comme le souhaite Erdogan. Si la réforme est actée, Erdogan pourrait rester en poste jusqu’en 2029. L’examen de cette réforme a été accueilli par des manifestations devant le Parlement, l’opposition dénonce une dérive autoritaire.

Intervenants
  • journaliste, rédacteur en chef de Next INpact
L'équipe
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......