LE DIRECT
Des soldats de l'opération Sentinelle en patrouille sur l'Esplanade du Trocadéro à Paris

Le gouvernement garde l'opération Sentinelle, mais modifie son fonctionnement

15 min

7000 militaires restent mobilisés pour faire face au quotidien à la menace terroriste. Mais les effectifs réels évolueront en fonction du risque, ils pourront atteindre les 10 000 soldats en cas de crise. L'opération Sentinelle avait été mise en place après les attentats de janvier 2015.

Des soldats de l'opération Sentinelle en patrouille sur l'Esplanade du Trocadéro à Paris
Des soldats de l'opération Sentinelle en patrouille sur l'Esplanade du Trocadéro à Paris Crédits : LUDOVIC MARIN / AFP - AFP

Face au risque terroriste, la France et d'autres pays européens veulent pouvoir remettre rapidement des contrôles aux frontières. Le dispositif Schengen le permet aujourd'hui, mais les règles sont contraignantes. La question a été évoquée aujourd'hui à Bruxelles lors d'une réunion des ministres de l'intérieur de l'UE. Nous verrons cela avec Pierre Bénazet.

Invité de ce journal, le psychanalyste Fethi Benslama, auteur avec le sociologue Fahrad Khosrokhavar d'un livre sur les femmes qui ont rejoint l'Etat islamique en Syrie ou en Irak: "Le jihadisme des femmes. Pourquoi ont-elles choisi Daech ?", qui vient de paraître au Seuil. Elles sont environ 500 venues de toute l'Europe. Les auteurs en ont rencontré certaines, ils ont aussi eu accès à des témoignages écrits. La très grande majorité de ces femmes sont de culture musulmane, mais il y a également des converties à l'islam. Enfin, beaucoup sont issues d'une classe moyenne installée dans des quartiers pavillonnaires.

Écouter
5 min
Selon Fethi Benslama, les femmes parties chez Daech se soumettent volontairement à la domination des hommes par rejet du féminisme occidental

Le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian est arrivé ce soir à Ankara pour obtenir la libération de Loup Bureau, ce journaliste français emprisonné en Turquie depuis fin juillet. Le régime du président Erdogan n'hésite pas à utiliser ses prisonniers occidentaux pour négocier l'extradition de ses opposants réfugiés à l'étranger. Les explications d'Eric Biégala.

Intervenants
  • psychanalyste, professeur honoraire de l'université Paris-Diderot

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......