LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

JOURNAL 6H30 de Romain Auzouy - JOURNAL 6H30 25/01/11

3 min
À retrouver dans l'émission

Par Romain Auzouy

Révolution dans le monde de l'Education Nationale : ca y est, on va toucher aux rythmes scolaires ! Cela ne va pas se faire d'un coup. Aujourd'hui, un pré rapport va être remis au ministre de l'Education Luc Chatel ; une fois seulement qu'il l'aura lu et aura choisi les orientations qu'il souhaite explorer, retour à l'envoyeur c'est à dire la Conférence nationale sur les rythmes scolaires, qui élaborera alors un second rapport qui sera remis en juin, et fera cette fois des propositions.

A défaut de propositions, ce sont des pistes que publie le site internet du Monde ce matin. Depuis longtemps les spécialistes de l'éducation s'accordent à le dire, la journée d'un écolier, d'un collégien, ou d'un lycéen est trop longue, la semaine trop épuisante, et l'année scolaire trop déséquilibrée.

Premier remède donc : réviser la journée ! L'idée, c'est que la durée de celle-ci évolue selon l'âge des élèves : les organisations de parents et d'enseignants recommandent ainsi des journées de 5h à l'école, de 6h de cours au collège, et de 7h au lycée.

Après la journée, la semaine ! Et le chiffre magique serait 4.5 : le nombre de jours de cours par semaine. Lundi, mardi, mercredi matin, jeudi, vendredi.

Enfin, Luc Chatel est tellement déterminé qu'il est prêt à toucher aux sacro saintes vacances d'été, avec l'hypothèse évoquée par le ministre de l'Education de créer des zones différentes, comme pour les vacances de février ou les vacances de Pâques par exemple.

Dans ces nouveaux aménagements des rythmes scolaires, il va falloir trouver le temps pour faire de l'anglais !

Luc Chatel l'a dit : "Je veux réinventer l'apprentissage de l'anglais dans ce pays". Son objectif : l'anglais pour tous, dès 3 ans.

Paradoxe selon certains d'une semaine allégée, il va falloir faire des choix… dans un contexte de réduction des postes dans l'Education Nationale. Il faut savoir qu'à la prochaine rentrée, les 1000 intervenants en langue disparaissent du budget de l'Education Nationale.

D’où cette question : qui va donner des cours à ces milliers de bambins ?? la voilà la polémique ! Luc Chatel mise sur... l'usage de nouvelles technologies. Ce qui entraîne cette réaction ce matin sur le site de Marianne : « Ben voyons ! Le gosse qui parle à peine ses 3 ou 400 mots français va construire son propre savoir anglophone avec Dieu l'ordinateur... et Oui Oui Chatel va débarquer avec sa petite voiture jaune pour admirer ces futurs polyglottes ?? »

Cette première polémique débouche vite sur une seconde, davantage de l'ordre de la sociolinguistique, et soulevée par Jean-Michel Helvig sur le site internet de la République des Pyrénées. Le journaliste conseille à Luc Chatel de lire « d'urgence le linguiste Claude Hagège qui, voici une quinzaine d'années, expliquait dans son livre "L'enfant aux deux langues" comment l'on pouvait développer le bilinguisme, sinon le trilinguisme, voire plus ! Cela souligne l'intérêt d'intervenants étrangers dont il ne faudrait pas supprimer les postes mais les multiplier par dix, cent ou mille, afin de créer partout des centres d'acquisition des langues qui ne soient pas la reproduction, même en CE1, de méthodes d'enseignement qui ne donnent pas en France des résultats très probants par ailleurs, à en lire les résultats des comparatifs internationaux. »

Et effectivement, en langue vivante, la France ne brille pas. Fin 2008, les 20000 étudiants français qui avaient passé le TOEFL-le test d'anglais comme langue étrangère-ont obtenu un score moyen de 88 sur 120… un score qui nous place au même rang que la Bulgarie, la Biélorussie, ou la Lettonie.

La faute à qui ? A une mauvaise pédagogie ? En tout cas, on ne pourra bientôt plus remettre en cause l'assiduité des élèves puisque ca y est le décret pour supprimer les allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire important, au moins 4 demi journées sur un mois, ce décret est paru au Journal Officiel. C'est liberation.fr qui revient dessus ce matin.

Plus d'élèves en cours c'est bien ! Mais avec moins de professeurs, et plus d'anglais... pas sûr que l'équation puisse être résolue.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......