LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

JOURNAL 6H30 de Thomas Cluzel - JOURNAL 6H30 12/01/11

3 min
À retrouver dans l'émission

Par Thomas CLUZEL

Est-ce la fin du feuilleton … ou à tout le moins de la première saison ? … Désormais … presque toutes les pièces du puzzle Mediator s'assemblent … et mises bout à bout elles permettent de comprendre pourquoi un médicament sans intérêt thérapeutique et aux effets secondaires graves a pu rester sur le marché français de 1976 à 2009 écrit ce matin Anne Jouan dans les pages du FIGARO …

Alors plusieurs raisons à cela … Ce qu'on voit là relève d’un jeu de bonneteau explique Christian Lehmann un médecin généraliste interrogé par le site d’information en ligne MEDIAPART …Tout d’abord la couverture de l'affaire du Mediator explore dit-il l'univers opaque de l'industrie pharmaceutique … et en particulier ses liens avec les agences de santé ... Non seulement les dites agences sont d'une rare incompétence … et ont tendance à faire totalement confiance aux laboratoires … Sans compter que pendant des années le pouvoir de rétorsion que pouvait avoir une firme face aux donneurs d'alerte était énorme …Il s'est d’ailleurs passé la même chose avec le Vioxx et le Di-Antalvic … et il se passera sans doute la même chose avec les médicaments contre la maladie d'Alzheimer qui sont prévient-il le grand scandale des années à venir ...

A cela … il faut encore ajouter sans doute la responsabilité des dirigeants politiques … Depuis des semaines le souvenir des dégâts politiques causés par l'affaire du sang contaminé notamment hante les esprits ... Quelques responsables mais pas coupables risquent d'avoir des insomnies ... A commencer par Xavier Bertrand qui va devoir un jour ou l'autre s'expliquer sur cette décisions incompréhensible qu'il a prise en 2006 écrit LE CANARD ENCHAINE ... En mars de cette année là le ministre de la santé demande aux experts de la Haute Autorité de Santé leur avis sur les mérites d'une série de médicaments dont le Mediator ... Faut-il ou non continuer de le rembourser alors que son inutilité et son éventuelle toxicité commencent à faire débat au sein du monde médical ? Le verdict des spécialistes est sans appel ... Le Mediator ne présente aucun intérêt de santé publique ... Ce jour là aurait donc du sonner le glas de ce médicament ... Mais contre toute logique Xavier Bertrand ignore l'avis des spécialistes qu'il a lui même sollicités et décide de maintenir son remboursement ... Quelle mouche a donc piqué le ministre interroge l'hebdomadaire satirique ? Qui a pu lui conseiller de faire cette fleur à Servier ? Peut être son cabinet de l'époque pourra-t-il l’aider à répondre à cette question ... Car le ministre est alors un homme très entouré ... Parmi les conseillers techniques qu'il nomme à son arrivée en 2005 se trouvent notamment deux éminents toubibs lesquels sont par ailleurs en affaire avec ... devinez qui ... Servier bien sûr.

Alors la polémique sur les effets bien réels du Mediator est toutefois faussée sur un point nuance pour sa part le site de l’hebdomadaire MARIANNE … On entend trop souvent dire que les médicaments dangereux ne doivent pas être utilisés et qu’ils doivent être retirés du marché … Faux … Dans l'absolu ce n'est pas parce que le médicament s'avère dangereux qu'il doit être retiré du marché … Des molécules dangereuses peuvent être très utiles si elles sont très efficaces … c'est le cas notamment de certaines chimiothérapies anticancéreuses … Il s'agit toujours en médecine de comparer les avantages aux risques … Le problème du Mediator c'est que dès 98 on a su qu'il ne servait à rien … Or une fois reçues ces conclusions le laboratoire Servier n'a pas interrompu la commercialisation de son médicament … Alors pourquoi ?

Tout d’abord le Mediator a un effet coupe-faim ... qui est d'ailleurs son seul véritable effet … Or il existe aujourd’hui une forte demande des patients en ce sens … Et Servier le sait bien qui a toujours voulu profiter de cette manne médicalement injustifiée … Et puis sans doute aussi parce que la médecine n’obéit pas qu’à des critères scientifiques elle obéit aussi à un rapport « commercial » entre les patients et leurs médecins ceux-ci voulant « leur faire plaisir » … Or ce que beaucoup de médecins ignorent c'est que lorsqu'un médicament est prescrit en dehors de son Autorisation de Mise sur le Marché … ce qui n'est pas interdit … ils sont alors juridiquement seuls responsables des conséquences de leur prescription … Autrement dit un laboratoire ne peut être tenu pour responsable du mauvais usage qui est fait de son médicament ...

Et cela ne date pas d'hier … « Les malades aiment se laisser aller à croire qu'ils pourront faire impunément tout ce qui leur plaît et leur fait mal d'habitude à condition de se remettre en les mains d'un être puissant qui sans qu'ils aient aucune peine à prendre d'un mot ou d'une pilule les remettra sur pied. » Un Amour de Swann ... Marcel Proust ... 1927

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......