LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La revue du web 05/04/11

6 min
À retrouver dans l'émission

Par Thomas CLUZEL

La guerre actuelle ne se prête pas à de nouvelles chansons. «J’ai déjà écrit sur la question», précise-t-il, scandant les paroles prémonitoires de Course au pouvoir, un titre qui remonte déjà à 96 ... et qui faisait comme ça ...

MUSIQUE

Alpha Blondy, la star du reggae africain se désole ce matin dans les colonnes du journal LIBERATION de la situation qui déchire son pays. Né Seydou Koné, Blondy vient d’une famille dioula et musulmane du nord de la Côte-d’Ivoire. Ce qui ne l’a pas empêché de soutenir Laurent Gbagbo, un chrétien du Sud, à ses débuts d’opposant puis en tant que président. Mais il a aussi été l’un des rares artistes pro-Gbagbo précise Sabine Cessou à avoir eu le courage de l’appeler à quitter le pouvoir, après le scrutin de novembre. En 2007 d'ailleurs il avait déjà été messager de la paix pour l’ONU au moment de négocier une trêve, mais aujourd’hui il ne peut plus rien faire. Pas même un grand concert pour la paix à Abidjan. «Ce n’est plus possible dit-il. Le public est divisé. Les va-t-en-guerre, les imbéciles vont trouver un prétexte militaire pour tirer dans la foule.» Dans ce nœud de vipère les yeux cachés derrière des lunettes noires le monument ivoirien du reggae ne peut que constater son impuissance.

Le site d'information en ligne MEDIAPART lui nous conduit tout droit ce matin en Tunisie avec un léger retour dans le temps. En novembre 2009 le président Ben Ali vient à peine d'être «réélu» et Jean-Noël Guérini, président PS du conseil général des Bouches-du-Rhône est justement à Tunis. Il est même l'invité d'honneur du 21e symposium international du parti du dictateur, le RCD. Il faut dire qu'à Tunis Guérini a ses réseaux précisent Lenaïg Bredoux et Mathieu Magnaudeix. Et c'est ainsi donc que le 2 novembre 2009 le patron de la fédération PS des Bouches du Rhône joue à son tour les maîtres de cérémonie. Une 40 aine de convives sont invités et parmi eux assis à la table d'honneur s'il vous plait ... Moncef Trabelsi ... beau frère de Ben Ali ... lequel détient une carte de visite qui intéresse beaucoup le président du conseil général : il s'agit du transport maritime en méditerranée et en particulier l'activité du port de Marseille. Quelques mois plus tôt précise l'article Moncef Trabelsi, avait en effet créé une éphémère société de transport maritime Med Sea pour faire du commerce entre Marseille et Tunis. Alors l'expérience échouera au bout de quelques mois, victime notamment de la franche riposte commerciale des concurrents. Reste que pendant ces quelques mois d'exploitation donc c'est la Socoma, la coopérative dont Guérini est entre-temps devenu président, qui a effectué la manutention des navires de la dite société. Alors le patron aujourd'hui de la Socoma dit ne pas connaître Moncef Trabelsi et avoir même ignoré qu'il était derrière l'opération. Il dit uniquement avoir rencontré deux fois un certain «Aldo». L'«Aldo» en question, de son vrai nom Abderrazak Labiadh, est en réalité l'associé de Trabelsi. Un personnage pour le moins sulfureux et au CV fort peu reluisant puisqu'il a été poursuivi dès 2002 par le gendarme de la bourse américaine, puis par la justice belge pour des soupçons de blanchiment. Mais quoi qu'il en soit précisent les deux journalistes de MEDIAPART, sur le port de Marseille donc le drôle d'attelage Labiadh-Trabelsi ne semble avoir gêné personne.

Blanchiment toujours et encore ce matin à la une de 20 MINUTES. Le site annonce en exclusivité que Lindsay Owen-Jones l'ex président emblématique du groupe l'Oréal est en effet soupçonné d'avoir validé la mise en place d'un marché de distribution parallèle des produits de la marque de cosmétiques en Russie, en Ukraine et en Biélorussie à la fin des années 90. Selon le site du journal trois plaintes ont été déposées vendredi dernier au pôle financier de Paris. Et la première d'entre elles accuse donc nommément Lindsay Owen-Jones lequel a officiellement quitté ses fonctions de président de L'Oréal il y a moins de trois semaines d'« abus de confiance », « abus de biens sociaux », « corruption active » et « blanchiment d'argent ». La plainte fait notamment état d'un accord conclu entre L'Oréal et le groupe Arbat Prestige, présenté comme proche du milieu mafieux russe précise l'article. Montant du préjudice 34 millions d'euros.

Le site ECO 89 sort lui aussi la calculette ce matin. C'est aujourd'hui que le Parti Socialiste doit dévoiler son presque programme. Mais les principales mesures ont déjà fuité. Parmi elles le plafonnement du salaire des dirigeants d'entreprises dont l'Etat est actionnaire : ils ne pourraient pas gagner plus de vingt fois plus que leurs salariés les moins bien payés. Du coup et bien le site ECO 89 s'est amusé à deviner quel patron aurait le plus à craindre d'une victoire du PS en 2012 ? Et attention, ça fait mal écrit François Krug. Au palmarès de ceux qui ont le plus à perdre donc on trouve Number One Gérard Mestrallet, PDG de GDF-Suez, lequel verrait sa fiche de paie amputer de 2 985 835 euros. Vient ensuite Louis Gallois, président d'EADS. Alors à partir de Jean-François Cirelli directeur général de GDF Suez là on tombe sous la barre des 2 millions de pertes ... Enfin 15ème et dernier du classement Francis Mer, président du conseil de surveillance de Safran avec seulement 93 078 euros en moins dans le porte monnaie.

Le Parti socialiste est décidément incorrigible, il nous ressort les vieilles lunes a commenté pour sa part Luc Chatel. Le ministre de l'Éducation nationale, on s'y attendait, n'est pas convaincu par le programme du PS pour la présidentielle de 2012. Avec ce projet a déclaré Luc Chatel on est passé du passé du care (comprenez la société de la protection chère à Martine Aubry) on est passé du care donc à l'antiquaire.

Alors pour l'instant il faut bien reconnaître que le jeu de mot du ministre ne fait pas franchement de buzz sur Internet ... On est bien loin en tous les cas des scores de Frédéric Lefebvre le secrétaire d’Etat chargé du commerce, lequel avait déclaré samedi au Salon du livre que son livre de chevet était : «Zadig et Voltaire. Où comment se ridiculiser donc en confondant Zadig de Voltaire et l’enseigne de vêtements parisienne. Quoi qu'il en soit tout le week-end et ça continue encore sur Twitter et Facebook, les internautes s’en sont donné à cœur joie, pour moquer ce sarkozyste du premier cercle, en détournant d’autres titres d’œuvres. Quelques exemples: Naf-Naf de Zola (au lieu de Nana), Au bonheur d’Etam du même Zola (au lieu des dames), Ainsi parlait Zara (au lieu de Zarathoustra) de Nietsche, ou bien encore Pour Pimkie sonne le glas d’Hemingway. Dur pour Frédéric Lefebvre qui, avec la parution de son livre, Le mieux est l’ennemi du bien, voulait corriger son image. C'est raté.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......