LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les gardes-frontières polonais utilisent des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour disperser les réfugiés rassemblés au poste frontière de Bruzgi

Crise migratoire, Biélorussie-Pologne : humanitaires et journalistes tenus à l'écart par Varsovie

12 min

Les forces de sécurité polonaises estiment que 4 000 hommes, femmes et enfants se massent actuellement dans le froid. La situation à l'est de la Pologne pourrait encore s'aggraver, sans médecin, ni ONG, ni journaliste, si une nouvelle loi sur la protection des frontières est adopté au parlement.

Les gardes-frontières polonais utilisent des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour disperser les réfugiés rassemblés au poste frontière de Bruzgi
Les gardes-frontières polonais utilisent des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour disperser les réfugiés rassemblés au poste frontière de Bruzgi Crédits : EYEPRESS NEWS / EYEPRESS VIA AFP Copyright : AFP - AFP

La crise humanitaire et migratoire, qui s'aggrave chaque jour un peu plus, aux portes de l'Union européenne, pourrait se tenir loin du regard médiatique et de l'aide médicale : ils seraient 4 000 hommes, femmes et enfants incités par les autorités biélorusses à se presser à la frontière avec la Pologne, par -3°C encore la nuit dernière. Ces migrants, victimes collatérales d'un bras de fer entre Minsk et Bruxelles, depuis la réélection contestée du président Alexandre Loukachenko, sont concrètement pris au piège entre des forces de l'ordre biélorusses, parfois violentes, et des barbelés, côté polonais. Des gaz lacrymogène et des canons à eau ont également été utilisés, mardi, par les forces de sécurité polonaises, pour repousser les exilés. Mais l'est de la Pologne pourrait, en plus, être interdit aux humanitaires et aux journalistes si, à Varsovie, le Parlement adopte une nouvelle loi sur la protection des frontières, qui vise ni plus ni moins qu'à pérenniser les mesures initiées par l'état d'urgence. Ce contrôle parfait du récit journalistique pourrait cacher davantage de refoulements illégaux de migrants, voire de morts. Bref, une zone de non droit au regard de l'Europe mais établie en toute légalité par la Pologne.

Écouter
1 min
Le reportage sur place de notre envoyée spéciale Marie-Pierre Vérot

Les autres titres du journal

En France, l'épidémie de Covid repart à la hausse : Près de 20 000 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés en France en 24h, contre 12 000 il y a une semaine. Face à la crise sanitaire qui dure, la Défenseure des droits Claire Hédon alerte sur l'urgence à protéger la santé mentale des enfants. Dans un rapport remis ce mercredi à Emmanuel Macron, elle relève des manques en matière de prévention, notamment, ainsi qu'une prise en charge inégale sur le territoire.

La pandémie a aggravé la situation économique en Palestine : une conférence internationale se donne 48h pour répondre au milliard d'euros de déficit calculé par l'Autorité palestinienne dans le rouge.

Les cinémas n'ont pas retrouvé la fréquentation d'avant la pandémie : 30% de fréquentation en moins qu'il y a deux ans. Les salles d'art et d'essai sont les plus touchées

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......