LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Hubert Germain était le dernier compagnon de la Libération

Hubert Germain, dernier compagnon de la Libération de la France, est mort à l'âge de 101 ans

12 min

Il avait "vécu et incarné un siècle de liberté" : Hubert Germain, dernier compagnon de la Libération, est mort mardi 12 octobre à l'âge de 101 ans. Un hommage lui sera rendu aux Invalides présidé par Emmanuel Macron avant une inhumation, le mois prochain dans la crypte du Mont Valérien.

Hubert Germain était le dernier compagnon de la Libération
Hubert Germain était le dernier compagnon de la Libération Crédits : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT - AFP

"Quand le dernier d'entre nous sera mort, la flamme s'éteindra. Mais il restera toujours des braises". Ces écrits d'Hubert Germain, dans ses mémoires intitulées "Espérer pour la France", aux éditions Belles Lettres, résonnent plus particulièrement au lendemain de sa disparition. Le dernier compagnon de la Libération est mort à 101 ans. Un "hommage militaire" sera rendu à Hubert Germain ce vendredi après-midi aux Invalides, à Paris. La cérémonie sera présidée par Emmanuel Macron. Hubert Germain sera ensuite inhumé au Mont-Valérien le 11 novembre prochain, dans la crypte du mémorial, où un caveau était réservé au dernier des compagnons. Hubert Germain faisait partie des 1 038 résistants, hommes et femmes,  membres de cet Ordre de la Libération créé par le général de Gaulle en 1940 ; une distinction pour s'être engagé.e dès la première heure au sein de la France libre et avoir œuvré à la libération de la France pendant la Seconde Guerre mondiale. Hubert Germain avait décidé de rejoindre le général de Gaulle sans même avoir entendu l'appel du 18 juin : quand, le 17 juin 1940, à la radio, le maréchal Philippe Pétain annonce demander l'armistice à l'Allemagne nazie, il n'en faut pas plus à Hubert Germain pour gagner Londres et rejoindre la clandestinité. "C'était un moment où la France se couchait, il y avait qu'un seul bonhomme, c'était le général de Gaulle", expliquait le dernier compagnon de la Libération. "La perte des grands témoins nous oblige à nous réinventer pour toucher le plus grand nombre", déclarait, en février, la ministre déléguée aux Armées Geneviève Darrieussecq.   Comment se souvenir de leur engagement et de leurs combats ?  Parcours et mémoires de compagnons de la Libération : c'est une émission du Cours de l'Histoire à réécouter ici.

Écouter
1 min
Le portrait d'Hubert Germain par Valentin Dunate

Les autres titres du journal

Pouvoir recourir au pass sanitaire jusqu’à l’été 2022 : c’est ce que souhaite le gouvernement. Cette prolongation controversée est présenté ce mercredi matin en Conseil des ministres. Le gouvernement veut proroger l'état d'urgence pour se doter d'une "boîte à outils" en cas de rebond épidémique, mais l'opposition refuse de lui donner un "blanc-seing", qui enjambe la présidentielle.

Le plan "France 2030", présenté mardi par Emmanuel Macron, survivra-t-il au quinquennat ? Sur les 30 milliards d'euros qui doivent être investis sur cinq ans, seuls 10% seront débloqués l'an prochain. Comment les entreprises et les projets seront-ils choisies ? Tout est à écrire. Emmanuel Macron a donné une dizaine d'objectifs à atteindre, comme développer de petits réacteurs nucléaires, un premier avion bas carbone, produire deux millions de voitures hybrides ou électriques en France, vingt nouveaux bio-médicaments, faire de notre pays un leader de l’hydrogène vert. Mais aucun détail n'a été donné sur la mise en oeuvre de plan d'envergure. Précisions de Marie Viennot.

Pas question de sacrifier les ambitions environnementales sur l'autel de l'énergie. Avec la flambée des prix, Bruxelles cherche à amortir l'impact social en baissant des taxes sur le gaz et l'électricité, mais sans rogner, pour autant, sur son pacte vert. En Espagne,  le tarif de l’électricité dépasse les 184 euros par mégawattheure, soit six fois de plus qu’il y a  un an. Flambée des prix, assortie d'intenses débat politique, suivis, à Madrid par Marie-Hélène Ballestero. La France a décidé de bloquer le tarif réglementé du gaz jusqu'en avril et la limitation de la hausse de l'électricité. Mais pas l’Allemagne, où l’État intervient moins dans l’économie. Angela Merkel considère aussi que le problème du gaz est temporaire. Correspondance à Berlin de Luc André.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......