LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jean Castex annonce une "indemnité inflation de 100 euros" chez TF1 jeudi soir

Jean Castex annonce une "indemnité inflation" de 100 euros pour 38 millions de Français

13 min

Ni chèque carburant ni baisse des taxes : Jean Castex a annoncé, jeudi soir, une "indemnité inflation" de 100 euros pour tous les Français.es qui touchent moins de 2 000 euros net par mois, possédant une voiture ou non.

Jean Castex annonce une "indemnité inflation de 100 euros" chez TF1 jeudi soir
Jean Castex annonce une "indemnité inflation de 100 euros" chez TF1 jeudi soir Crédits : LUDOVIC MARIN - AFP

Les tarifs réglementés de l'électricité et du gaz seront bloqués sur toute l'année 2022 et 38 millions de Français toucheront une "indemnité inflation" de 100 euros en un seul versement à partir de décembre : jeudi soir, sur TF1, le Premier ministre Jean Castex a dévoilé le dispositif censé répondre à la hausse des prix du gaz, de l'électricité ou de l'essence. Ni chèque carburant ni baisse des taxes : le gouvernement a finalement opté pour un système plus global, une indemnité de 100 euros versée en une fois à chaque Français qui gagne moins de 2 000 euros net par mois. 38 millions de personnes sont concernées, les plus modestes et la classe moyenne ; six fois plus de Français, par exemple, que pour le chèque énergie. Ces 100 euros serviront aux dépenses de la vie courante et pas seulement pour celles et ceux qui se déplacent en voiture. Coût de l’opération pour l’Etat, 3,8 milliards d’euros. Un milliard sera financé par le surcroît de TVA lié à l’augmentation des cours du pétrole. Explications de Maxime Debs.

Écouter
1 min
Pour les salariés, le versement interviendra en décembre, pour les fonctionnaires en janvier et plus tard pour les retraités, les indépendants et les chômeurs

C'est déjà un premier coup de pouce, estiment Force ouvrière et la Fondation Abbé Pierre, mais en deçà des besoins des Français : "A vouloir faire trop simple, on prend une mesure qui ne tient pas compte des réelles dépenses, critiquent encore les représentants de consommateurs de l'UFC que Choisir. Syndicats et associations voudraient un geste plus important pour les foyers les plus éprouvés par l'inflation et la flambée des prix de l'énergie. A droite, Bruno Retailleau, à la tête du groupe Les Républicains, majoritaire au Sénat, dénonce "un nouveau chèque en bois financé par la dette". "C'est une indemnité de la trouille, celle du gouvernement face à la colère des Français", affirme Eric Coquerel député La France Insoumise de Seine-Saint-Denis, rappelant que les prix du carburant sont les mêmes qu'avant le début de la crise des "gilets jaunes". Ce dispositif "ne règle rien à la flambée des prix de l'énergie", selon Eric Coquerel.

Les autres titres du journal

Sommet européen et crise migratoire : ce vendredi, les Vingt-Sept vont discuter de la Biélorussie, accusée d'organiser un afflux de migrants aux frontières de l'UE, via la Pologne et l'Allemagne. Et ce, pour se venger des sanctions décrétées par l'Union européenne contre le régime répressif d'Alexandre Loukachenko. Après avoir eu du mal à s'entendre, jeudi, sur une réponse commune à apporter à la flambée des prix de l'énergie, les dirigeants européens reviendront, ce vendredi à Bruxelles, sur la question migratoire, avec une inquiétude commune, cette fois, face à la Biélorussie. Son président, Alexandre Loukachenko dont la réélection a été été contestée l'été 2020, n'a pas apprécié les critiques de l'Union européenne contre son régime répressif. Il a donc ouvert ses frontières et même sciemment organisé un afflux de migrants via la Pologne et l'Allemagne. Des hommes, des femmes et des enfants, originaires d'Irak, de Syrie ou du Yémen, souvent passés par la Russie, se sont vus délivrer un simple visa de touristes par la Biélorussie, pour rejoindre l'U.E.  Des réfugiés arrivent à Eisenhüttenstadt, à l'est de l'Allemagne. Reportage, de notre envoyée spéciale, Nathalie Versieux. _"_Quand l'Europe et la Biélorussie se renvoient la balle migratoire", c'était à la Une, jeudi, de la revue de presse internationale.

Lancement de la campagne annuelle de vaccination contre la grippe saisonnière dans une France toujours marquée par l'épidémie de Covid-19 : contrairement à l'an dernier, où il n'y avait pas eu d'épidémie de grippe, cette année, Covid et grippe cumulés menacent les plus fragiles. D'où le fait de coupler les deux campagnes vaccinales : celle de la grippe et celle de la troisième dose contre le Covid. Enjeux sanitaires décryptés par Laura Dulieu.

Le "train des primeurs", qui transporte des fruits et légumes méditerranéens de Perpignan au marché de Rungis près de Paris reprend du service après deux ans d'interruption. Cette liaison, qui permet l'acheminement en wagons réfrigérés de fruits et légumes dans le ventre de Paris, avait été suspendue à l'été 2019, faute de clients. Elle transportait pourtant juqu'à 400 000 tonnes de produits alimentaires par an. La vétusté du matériel avait aussi été largement mise en cause. "C'était la dure loi du marché qui s'appliquait et elle était très dure, parce que les prix de la route sont imbattables. Le train n'était pas subventionné", explique aujourd'hui Frédéric Delorme, président de Rail Logistics Europe (filiale de fret ferroviaire de la SNCF). Suite à un appel à projets du gouvernement, le train a été repris par une filiale SNCF. Explications de Lise Lacombe.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......