LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des migrants marchent dans un champ, après l'évacuation de leur campement de fortune à Grande-Synthe (Nord), le 16 octobre 2021

Johnson demande à la France de reprendre les migrants illégaux, eux restent déterminés à traverser la Manche

14 min

Après la mort de 27 migrants dans la Manche, le bras de fer politique reprend entre Paris et Londres. Boris Johnson demande à Emmanuel Macron de récupérer les clandestins arrivés en Angleterre. Mais des hommes, des femmes restent déterminées à passer en Angleterre, quelque soit le prix à payer.

Des migrants marchent dans un champ, après l'évacuation de leur campement de fortune à Grande-Synthe (Nord), le 16 octobre 2021
Des migrants marchent dans un champ, après l'évacuation de leur campement de fortune à Grande-Synthe (Nord), le 16 octobre 2021 Crédits : DENIS CHARLET / AFP - AFP

24h après la mort de 27 migrants dans la Manche, le bras de fer politique reprend entre Paris et Londres. Boris Johsnon demande à Emmanuel Macron de récupérer tous les candidats à l'exil qui arrivent illégalement en Angleterre. Mais comment surveiller en permanence les côtes ?, s'interrogent des élus du Nord et du Pas-de-Calais. Comment retenir des hommes, des femmes déterminé.e.s à passer en Angleterre, quelque soit le prix à payer, et même accompagné.e.s de leurs enfants. Boris Johnson a publié la lettre de trois pages qu'il a adressée à Emmanuel Macron. "Dear Emmanuel",  écrit le Premier ministre britannique à la main, avant de durcir le ton pour appeler la France à reprendre tous les migrants qui traversent la Manche. Manière de dissuader les candidats à l'exil de traverser et donc d'éviter des tragédies, comme la mort, mercredi, de 27 hommes, femmes et enfants au large de Calais.   Boris Johnson propose de créer au plus vite des patrouilles conjointes, franco-britanniques, le long du littoral français mais aussi d'utiliser des radars et les capteurs pour empêcher les passages. Mais jeudi, une quarantaine de migrants, au moins, ont traversé la Manche.  A Grande-Synthe, dans le Nord, Amach, un iranien de 20 ans est arrivé il y a dix jours, dans un campement de migrants qui s'est reconstitué près d'un magasin Auchan. Amach continue de préparer sa traversée, avec appréhension mais détermination. Reportage de Diane Sprimont, de France Bleu Nord.

Que peuvent faire les autorités face aux passeurs ? Une enquête a été ouverte pour "homicides et blessures involontaires" et "association de malfaiteurs" après la mort de 27 migrants dans la Manche. Cinq personnes suspectées d'être des passeurs ont été arrêtées.Commentsurveiller en permanence les côtes ? , s'interrogent des élus du Nord et du Pas-de-Calais. Les élus du Nord et du Pas-de-Calais se sentent souvent impuissants face à ces réseaux criminels. Reportage de Claire Flochel. La Défenseure des droits Claire Hédon demande "l'arrêt immédiat des expulsions" à Calais et "l'ouverture de voies légales d'immigration" vers le Royaume-Uni.

La crise migratoire au menu, également, de la visite d'Emmanuel Macron, ce vendredi matin au Vatican : c'est la deuxième fois de son quinquennat que le président français rencontre le pape François. Correspondance à Rome de Bruce de Galzain.

Autre source de tensions, entre la France et le Royaume-Uni, sur le plan économique cette fois avec la pêche, post-Brexit : Des français lancent ce matin une opération de blocage des ports de Saint-Malo, Ouistreham et Calais, du jamais vu depuis mai dernier. Les pêcheurs comptent également bloquer l'accès au fret du tunnel sous la Manche, côté français,  pour obtenir davantage de licences de pêche de la part de Londres.

Les autres titres du journal

Covid-19 : les rappels vaccinaux commenceront dès samedi en France. Plus d'1,2 million de rendez-vous ont été pris en ligne, sur la plateforme Doctolib, après les annonces du ministre de la Santé Olivier Véran, ce jeudi, sur l’ouverture du rappel vaccinal contre le Covid-19 pour tous les adultes, cinq mois après leur dernière injection. A partir du 15 décembre pour les plus de 65 ans et du 15 janvier pour les 18-64 ans, la dose de rappel sera obligatoire pour que le pass sanitaire reste valide. Précisions de Tara Schlegel. A rebours de ces durcissements, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, a annoncé qu'il n'y aurait plus de fermeture de classe dans les écoles primaires dès le premier cas de Covid détecté chez un élève. Seuls ceux testés positifs seront isolés. Incompréhension des syndicats d'enseignants. "Notre boussole reste la priorité d'une école ouverte",  explique le ministre, alors que 8 500 classes étaient fermées mercredi, presque deux fois plus que la semaine dernière.

Le président russe Vladimir Poutine a invité les dirigeants de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan à des pourparlers, ce vendredi, en plein regain de tensions entre ces pays, un an après une guerre pour contrôler le Haut-Karabakh. De passage à Paris, après son élection à la tête de la communauté arménienne catholique,  le patriarche Raphaël Minassian, ne cache pas son inquiétude sur l’évolution de la situation sur le terrain. Reportage de Christian Chesnot.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......