LE DIRECT
Kirk Douglas, héros et producteur de "Spartacus" de Stanley Kubrick

Kirk Douglas, monstre sacré du cinéma et acteur engagé, est mort à l'âge de 103 ans

12 min

Connu pour son rôle d'esclave gladiateur dans "Spartacus", de colonel aux prises avec l'état-major pendant la Première guerre mondiale, Kirk Douglas, fils d'immigrés juifs désargentés devenu une icône de l'âge d'or de Hollywood, est mort à 103 ans. Il s'était opposé au maccathysme et à Donald Trump.

Kirk Douglas, héros et producteur de "Spartacus" de Stanley Kubrick
Kirk Douglas, héros et producteur de "Spartacus" de Stanley Kubrick Crédits : Bryna / Universal / Collection ChristopheL - AFP

Kirk Douglas, dernier grand monstre sacré d'Hollywood, est mort à l'âge de 103 ans. " I'm Spartacus" - "Je suis Spartacus" : presque aussi célèbre que sa fossette au menton et son sourire en coin, cette réplique culte du film éponyme est tirée d'une scène où des esclaves se lèvent et se soulèvent contre la République romaine, aux côtés de Kirk Douglas, pour partager son sort. L'acteur est mort, hier, à l'âge de 103 ans, Kirk Douglas qui avait porté devant ET derrière la caméra "Spartacus", ce péplum réalisé par Stanley Kubrick s'était félicité d'avoir libéré Hollywood du joug du maccarthysme, car il avait osé produire ce film, en pleine chasse aux sorcières, adaptant le roman d'Howard Fast, militant communiste et imposant au générique le scénariste Dalton Trumbo, accusé d’être membre du Parti communiste. Kirk Douglas, acteur engagé, disait aimer aussi ses films ayant moins rencontré leur public. Il revenait sur sa carrière en français, au micro de René Régent pour France Culture, en mai 1970, dans le cadre du festival de Cannes. Il évoquait notamment "Les Sentiers de la gloire", de Stanley Kubrick, interdit en France depuis la guerre d'Algérie (et jusqu'en 1975), alors que la critique de l'état-major n'avait pas droit de cité car il s'agit d'un drame antimilitariste sur la Première Guerre mondiale où Kirk Douglas incarne le colonel Dax, un français qui protège des soldats accusés de désertion. L'Oscar d'honneur fut la seule statuette dorée qu'il reçut durant sa carrière, malgré des nominations pour le rôle d'un boxeur sans pitié dans "Le Champion" (1949),  d'un dirigeant de l'industrie du cinéma dans "La Captive aux yeux clairs" (1952),  et pour le rôle titre dans dans "La Vie passionnée de Vincent van Gogh" (1956). Né Issur Danielovitch Demsky en 1916 à Amsterdam, Kirk Douglas était également un farouche opposant à Donald Trump. Pendant la dernière campagne présidentielle, les discours du candidat républicain sur les migrants l'avaient révulsé. Kirk Douglas avait publié une lettre rappelant son parcours de fils de migrants, fuyant l'Europe, les totalitarismes, l'antisémitisme pour rejoindre les Etats-Unis. "J’ai toujours été profondément fier d’être un Américain. Pour les jours qui me restent à venir, je prie pour que cela ne change jamais". Retour sur la longue carrière de Kirk Douglas, dernier monstre sacré d'Hollywood et acteur engagé contre le maccarthysme et le trumpisme.

Écouter
3 min
Retour sur la carrière de Kirk Douglas, mort à l'âge de 103 ans
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autres titres du journal

Procès en destitution : Donald Trump acquitté dans des Etats-Unis divisés. Clamant "victoire" face à une "mascarade", le président républicain a annoncé qu'il réagirait formellement, ce jeudi, en milieu de journée. Sans attendre, la Maison Blanche s'est réjouie qu'il ait été "pleinement innocenté". Mais pour les démocrates, son acquittement n'a "aucune valeur", à défaut selon eux d'un procès "équitable". Cette victoire politique a cependant été assombrie par la défection d'un élu républicain de premier plan: Mitt Romney, candidat malheureux à la Maison Blanche en 2012. Ce revers est douloureux pour un président très sensible à son image, qui s'enorgueillit d'avoir rassemblé le "Grand Old Party" derrière lui. Donald Trump a d'ailleurs moqué Mitt Romney sur Twitter. A neuf mois de l'élection présidentielle, Donald Trump se réjouit de cette fin de séquence qui n'a jamais fait vaciller sa base électorale. Analyse de Grégory Philipps.

9e journée de mobilisation interprofessionnelle contre la réforme des retraites : "Retrait d'un projet injuste et dangereux" reste le mot d'ordre de l'intersyndicale CGT, FO, Solidaires, de la FSU et d'organisations de jeunesse (Unef, MNL, UNL) alors que la mobilisation s'est essoufflé, ces dernières semaines, dans la rue tandis que le texte a démarré cette semaine son parcours à l'Assemblée nationale. 

Les plus hauts cadres de la sécurité sociale protestent contre la réforme des retraites : Tous les syndicats des agents de direction des organismes de sécurité sociale (CFDT comprise) ont appelé au boycott de la remontée des informations des régions vers le national en signe de protestation la semaine dernière. Les syndicats des agents de direction protestent contre la disparition à venir des Carsat, ces organismes publics qui gèrent les dossiers de retraite en régions. Dans le nouveau système, elles perdent leur personnalité morale et une partie de leurs compétences serait absorbée par la nouvelle caisse nationale de retraite universelle. Enjeux décryptés par Marie Viennot.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......