LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Deux fois plus de personnes dans le rues par rapport à la manifestation du 4 juin dernier à Prague.

A Prague, près de 250 000 personnes réclament la démission du Premier ministre tchèque

12 min

Une nouvelle manifestation a eu lieu hier dans la capitale tchèque. Le mouvement de protestation contre le clientélisme prend de l'ampleur face au chef du gouvernement depuis le mois d'avril dernier.

Deux fois plus de personnes dans le rues par rapport à la manifestation du 4 juin dernier à Prague.
Deux fois plus de personnes dans le rues par rapport à la manifestation du 4 juin dernier à Prague. Crédits : MICHAL CIZEK - AFP

La colère monte encore d'un cran des les rues de Prague. Près de 250 000 personnes étaient réunies hier selon les organisateurs. C'est deux fois plus que lors de la précédente manifestation du 4 juin dernier. Un mouvement en cours depuis le mois d'avril. Le rassemblement d'hier a réclamé la démission du Premier ministre Andrej Babis. Le Premier ministre tchèque est soupçonné notamment de conflits d’intérêts et de fraude aux fonds européens pour son enrichissement personnel. Reportage de notre envoyé spécial Ludovic Piedtenu.

Les autres titres de l'actualité

Une claque électorale pour le président turc Recep Tayyip Erdogan à Istanbul

Les partisans de l'opposant Ekrem Imamoglu ont fait la fête toute la nuit, après l'annonce de sa victoire à l'élection municipale. Ils souhaitent en faire un moment historique. Le scrutin précédent avait été annulé par le pouvoir. Cette fois, la victoire d'Imamoglu a été rapidement reconnue. Récit sur place de notre correspondante Anne Andlauer.

Un sommet des deux rives de la Méditerranée se tient aujourd'hui à Marseille à l'initiative d'Emmanuel Macron

L'objectif est notamment de relancer le dialogue après l'échec de l'Union pour la Méditerranée lancé par Nicolas Sarkozy. Un sommet en l'absence des chefs d'Etats où seul le président français est présent après avoir rencontré hier les ministres des affaires étrangères des neuf autres pays participants notamment ceux de l'Algérie, de la Tunisie, de la Libye, de l'Italie, du Portugal et de Malte. Aujourd'hui ce sont les acteurs de la société civile de ces pays qui prendront la parole avant une conclusion d'Emmanuel Macron.  Karim Emile Bitar est directeur de recherche à l'IRIS, Institut de relations internationales et stratégiques, pour lui ce rendez-vous passe à côté des questions cruciales.

A Paris, plusieurs élus s'inquiètent d'une privatisation du crématorium du Père Lachaise.

Après la décision du conseil municipal de Paris (le 11 juin dernier) de confier à un opérateur privé la gestion du site et la construction d'un deuxième crématorium Porte de la Villette, plusieurs voix s'élèvent. L'incinération des défunts ne peut être considéré comme un marché comme un autre souligne l'ancien directeur de la Société d'économie Mixte qui avait en charge jusque là l'organisation des 6000 cérémonies organisés au Père Lachaise. Tara Schlegel l'a rencontré.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......