LE DIRECT
L'ancien président français Nicolas Sarkozy arrive au palais de justice de Paris pour entendre le verdict final d'un procès pour corruption le 1er mars 2021.

Nicolas Sarkozy, premier ancien Président condamné à de la prison ferme : la droite dénonce un acharnement judiciaire et voit ses rêves de retour en politique s'effondrer

12 min

Dans l’affaire dite des "écoutes", Nicolas Sarkozy est reconnu coupable d’avoir organisé un pacte de corruption avec l'ancien haut-magistrat Gilbert Azibert et l'avocat Thierry Herzog.

L'ancien président français Nicolas Sarkozy arrive au palais de justice de Paris pour entendre le verdict final d'un procès pour corruption le 1er mars 2021.
L'ancien président français Nicolas Sarkozy arrive au palais de justice de Paris pour entendre le verdict final d'un procès pour corruption le 1er mars 2021. Crédits : Anne-Christine POUJOULAT - AFP

Nicolas Sarkozy, premier ancien président condamné à de la prison ferme : la droite dénonce un acharnement judiciaire et voit ses rêves de retour en politique s'effondrer. L'ancien chef de l'Etat est mis en cause dans plusieurs dossiers, dont celui portant sur des soupçons de financement libyen de sa campagne victorieuse de 2007. C'est dans le cadre de cette affaire que les juges avaient découvert, début 2014, l'existence d'une ligne téléphonique officieuse, ouverte par Thierry Herzog sous l'alias de "Paul Bismuth", pour communiquer avec l'ancien locataire de l'Elysée. Sur la base de conversations tenues sur cette ligne secrète, les juges ont estimé que l'ex-président s'était rendu coupable de corruption, en promettant d'appuyer la candidature de Gilbert Azibert pour un poste de prestige à Monaco, en échange "d'informations privilégiées et confidentielles" et sur un pourvoi en cassation qu'il a formé. Nicolas Sarkozy voulait alors faire annuler la saisie de ses agendas présidentiels après avoir obtenu un non-lieu dans l'affaire Bettencourt. Gilbert Azibert, avocat général dans une chambre civile, n'intervenait pas directement dans ce dossier mais il a selon le tribunal "accepté, moyennant une récompense, d'exercer une influence ou de laisser penser qu'il pouvait exercer une influence" sur les magistrats amenés à se prononcer. Avant Nicolas Sarkozy, seul Jacques Chirac avait été sanctionné par la justice, mais avec du sursis, dans le dossier des emplois fictifs de la ville de Paris. De la prison ferme, c’est un échec cuisant pour la défense de l'ancien président. Précisions d'Anne Fauquembergue. Si Nicolas Sarkozy va faire appel, cette condamnation en première instance est déjà lourde de conséquences sur le plan politique. Explications de Rosalie Lafarge.

Écouter
3 min
Précisions judiciaires d'Anne Fauquembergue et analyse politique de Rosalie Lafarge

Les autres titres du journal

En pleine crise sanitaire, Sanofi, qui a vu ses bénéfices nets augmenter de 340% l'an dernier, confirme plus de 360 suppressions de postes. La recherche et développement est particulièrement touchée.

En Belgique, le gouvernement a douché les espoirs des étudiants de revenir sur les bancs de la fac : Inacceptable, les syndicats ont entamé, hier, une semaine de mobilisation.

Il y a trente ans, jour pour jour, Serge Gainsbourg succombait à une crise cardiaque foudroyante : son influence musicale résonne encore aujourd'hui, notamment chez les rappeurs.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......