LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Couverture du numéro du mercredi 2 septembre 2020 de "Charlie Hebdo"• Crédits : Charlie Hebdo

Procès des attentats de janvier 2015, pour les victimes et pour l'histoire

12 min

Le procès des attentats djihadistes de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l'Hyper Cacher s'ouvre, ce matin, à Paris sous haute surveillance policière. Les trois terroristes, les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, ont été tués en 2015 mais 14 accusés sont jugés pour divers degrés d'implication.

Couverture du numéro du mercredi 2 septembre 2020 de "Charlie Hebdo"• Crédits : Charlie Hebdo
Couverture du numéro du mercredi 2 septembre 2020 de "Charlie Hebdo"• Crédits : Charlie Hebdo Crédits : Charlie Hebdo - AFP

Pour les victimes et pour l'histoire, le procès des attentats de janvier 2015 s'ouvre à Paris : Les trois terroristes,  les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, sont morts, tués par les forces de l'ordre,  après avoir abattu 17 personnes à Charlie Hebdo, à Montrouge et dans le magasin Hyper Cacher, entre le 7 et le 9 janvier 2015.  Mais 14 accusés seront jugés dès ce matin, et pendant deux mois,  pour leur implication à des degrés divers dans les attentats de janvier 2015, pour avoir aidé les djihadistes. Qui sont-ils ? Précisions de Florence Sturm qui suivra, pendant deux, mois, ce procès filmé pour l'histoire. Sujet à prolonger ici.

 Michel Catalano, patron de l'imprimerie de Dammartin-en-Goële en Seine-et-Marne où s'étaient retranchés les frères Kouachi, auteurs des attentats de Charlie Hebdo, avant d'être abattus par le GIGN le 9 janvier 201
Michel Catalano, patron de l'imprimerie de Dammartin-en-Goële en Seine-et-Marne où s'étaient retranchés les frères Kouachi, auteurs des attentats de Charlie Hebdo, avant d'être abattus par le GIGN le 9 janvier 201 Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP - AFP

Michel Catalano fait partie des 200 parties civiles constituées, pour ce procès. Ce chef d'entreprise de Dammartin-en-Goële, en Seine-Maritime, a été l'otage des frères Kouachi pendant deux heures. C'est dans son imprimerie que les forces de l'ordre donneront l'assaut final. De ce procès, devant la cour d'assises spéciale (pour les affaires de terrorisme) qui siégera exceptionnellement dans le nouveau palais de justice de Paris, Michel Catalano attend surtout des réponses : "comment les terroristes sont-ils arrivés jusque chez moi ? Comment ont-ils pu passer les barrages, obtenir des armes ?" Michel Catalano veut aussi que la parole soit donnée aux victimes, qu'elles puissent raconter ce qu’elles ont pu vivre. Entre angoisse persistante et besoin de comprendre, Michel Catalano a confié ses attentes à Florence Sturm. Portrait.

"Tout ça pour ça" titre, ce matin, Charlie Hebdo qui republie les caricatures de Mahomet : La rédaction de Charlie Hebdo n'hésite pas à parler de "pièces à conviction" car "ces dessins doivent par mettre à tous, y compris aux plus jeunes, de comprendre le mobile du massacre du 7 janvier 2015". "Nous ne nous coucherons jamais, nous ne renoncerons jamais", écrit Riss, le directeur, dans son édition. Emmanuel Macron a défendu, en marge de sa visite au Liban, un "droit au blasphème".

Les autres titres du journal

Le terrorisme fait aussi la Une, aux Etats-Unis, mais avec une autre résonance : Donald Trump assimile à du "terrorisme intérieur" les manifestations violentes qui ont notamment secoué Kenosha, dans le Wisconsin, après une apparente bavure policière sur un Noir américain

Amnesty International accuse l'Iran de "torture" après les manifestations de l'an dernier, contre la vie chère et la classe politique

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......