LE DIRECT
Une lycéenne devant son ordinateur et le site du CNED (Centre national d'éducation à distance)

Cours à distance paralysés, à qui la faute ? à des serveurs surchargés et / ou à des cyberattaques venues de l'étranger ?

12 min

Jean-Michel Blanquer accuse des groupes ou puissances étrangères d'avoir attaqué les serveurs permettant d'assurer les cours à distance. Le CNED compte porter plainte, contre les dizaines de cyberattaques menées contre son site "Ma Classe à la Maison".

Une lycéenne devant son ordinateur et le site du CNED (Centre national d'éducation à distance)
Une lycéenne devant son ordinateur et le site du CNED (Centre national d'éducation à distance) Crédits : Alain JOCARD / AFP - AFP

Les 12 millions d'élèves et les 800.000 enseignants soumis aux cours à distance pourront-ils se connecter sans encombre, ce matin ? Des cellules de crises y travaillent activement, assure, en tout cas, le ministère de l'Education nationale après des bugs à répétition mardi, dans les Hauts-de-France, l'Ile-de-France, le Grand-Est, le Centre Val-de-Loire, en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie. Des serveurs ont été surchargés, submergés de demandes de connexion et des ENT (environnements numériques de travail) se sont retrouvés paralysés. Le SNES - FSU, premier syndicat du secondaire, et certains enseignants estiment qu'aucune leçon n'a été tirée du premier confinement pour éviter une journée chaotique. Reportage de Thomas Giraudeau.

Écouter
1 min
Reportage de Thomas Giraudeau

Jean-Michel Blanquer pointe du doigt des serveurs et un hébergeur défaillants. Le ministre de l'Education nationale assure également qu'une partie des problèmes s'expliquerait par des attaques des serveurs informatiques venues de l'étranger. Les ENT (environnements numériques de travail) sont gérés par "les collectivités locales, qui dépendent d'un opérateur privé à Strasbourg, victime d'un incendie il y a quelque temps, qui n'a pas pu faire face à l'afflux de connexions ce matin", a expliqué Jean-Michel Blanquer, en déplacement mardi matin dans une école à Paris accueillant les enfants des personnels prioritaires. Dans un tweet, Michel Paulin, le dirigeant de cet opérateur privé nommé OVHcloud, a affirmé que "OVHcloud n'est pas responsable des dysfonctionnements de certains services d'éducation à distance".  Il ajoute aussi que "l'incendie de Strasbourg n'a aucun lien avec ces derniers" et que "des régions ENT affectées et des applications indisponibles ne sont pas hébergées chez OVHcloud !". Concernant le dispositif du CNED "Ma Classe à la maison",  lui aussi perturbé, le ministre de l'Education nationale a évoqué une "très forte attaque informatique venue de l'étranger".

Écouter
1 min
Les explications d'Eric Chaverou

Quand la crise sanitaire sert de prétexte pour réduire les libertés fondamentales, de la Hongrie de Victor Orban à l'Amérique latine, en passant par Hong-Kong. C'est ce que dénonce Amnesty international dans son rapport annuel, publié ce matin. L'ONG appelle également la communauté internationale à corriger le tir, sur la répartition des vaccins, entre pays riches et pays pauvres. Cécile Coudriou, la présidente d'Amnesty International France, interrogée par Valérie Crova, explique comment la pandémie a été instrumentalisée, par les régimes autoritaires pour étouffer les voix dissidentes.

Les autres titres du journal

Aux Etats-Unis, Joe Biden pense que tous les adultes volontaires pourront se faire vacciner fin avril, soit dix jours plus tôt que le calendrier initial. Il pourrait se passer d'AstraZeneca. Le vaccin suédo-britannique de nouveau dans le viseur de l'agence européenne des médicaments, pour un lien entre ce vaccin et des cas de thromboses.

1.500 spectateurs connectés, sur Facebook, ont pu voir, mardi soir, l’acteur Pierre Deladonchamps jouer dans “Mémoires vives”, une pièce inspirée des mémoires d’Edward Snowden. En attendant une vaccination massive et la réouverture des salles de spectacle, le festival de théâtres et de lectures tient sa quatrième édition en ligne, ce mois-ci, via Facebook live et une nouvelle fonctionnalité, où le spectateur paye pour regarder. Reportage de Maxime Tellier.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......