LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une hausse de 325 millions d'euros du budget 2021 pour la police Nationale

Gérald Darmanin présente ses mesures pour améliorer le "quotidien" des policiers : de mémoire de policier, jamais un tel effort n'avait été réalisé

13 min

325 millions d'euros pour répondre au ras-le-bol des policiers : Gérald Darmanin a détaillé la hausse de budget du ministère de l'Intérieur pour 2021.. Cette rallonge permettra de racheter des voitures, de rénover des commissariats et de créer une prime de nuit. Les syndicats se disent satisfaits.

Une hausse de 325 millions d'euros du budget 2021 pour la police Nationale
Une hausse de 325 millions d'euros du budget 2021 pour la police Nationale Crédits : PATRICK FOUQUE / PHOTO12 - AFP

325 millions d'euros pour répondre au ras-le-bol des policiers, à leurs conditions de travail dégradées : le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin veut moderniser le quotidien des forces de l'ordre, des voitures aux commissariats, en passant par une nouvelle prime de nuit. Son passé à Bercy lui a-t-il permis de faire bouger les lignes budgétaires ? Ou bien a-t-il souhaité une réponse forte après une série de violences sur des policiers à Herblay et Champigny-sur-Marne en l’espace d’une semaine ? En tout cas, Gérald Darmanin a semblé calmer, au moins pour un temps, la colère des syndicats de policiers, lors d'une visioconférence, hier soir. Le ministre de l'Intérieur a détaillé la hausse de 325 millions d'euros du budget 2021, qui permettra d'acquérir de nouvelles voitures, des caméras-piétons et de rénover des commissariats, sans compter une indemnité de 60 à 100 euros par mois, pour les agents qui travaillent la nuit. Ces mesures ont été saluées par les syndicats. Reportage d'Anne Fauquembergue.

Les autres titres du journal

Emmanuel Macron veut susciter une prise de conscience, ce soir, face au Covid-19 et le terme de "couvre-feu" pourrait créer l’électrochoc espéré : Le chef de l'Etat sera l'invité des journaux de TF1 et de France 2, ce soir, dès 19h55. De nouvelles restrictions sanitaires devraient être annoncées. Le gouvernement a déjà préparé les esprits. Analyse de Stéphane Robert. Le député socialiste Boris Vallaud, au micro de Sophie Delpont, attend des éclaircissements de la part de l'exécutif et un droit d'inventaire sur la gestion de la crise sanitaire. 

La situation sanitaire se dégrade en France : les jeunes actifs, les étudiants sont les plus touchés par l'épidémie. Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés en réanimation continue d'augmenter et franchit, pour la première fois depuis le 25 mai dernier, le seuil de 1.600 patients. Toutes les tranches d'âges ne sont pas frappées de la même manière par le virus,  si l'on regarde, notamment le taux d'incidence (le nombre de malades du Covid pour 100.000 habitants) : selon le dernier rapport de Santé Publique France, le taux d'incidence chez les 15-44 ans est trois fois supérieur à celui des seniors. Principale raison : leur mode de vie. Les jeunes actifs vont au travail, rencontrent des amis. En dehors des EHPAD, les principaux foyers de contamination se situent dans le milieu universitaire et dans les entreprises. Les personnes âgées, elles, sortent moins, font plus attention mais elles sont les plus fragiles : depuis début mars, 92% des morts du Covid sont âgés de 65 ans ou plus. Un tiers des 45-64 ans pris en charge finissent, eux, en réanimation. Explications d'Arnaud Roszak.

La menace de manifestation monstre et d'une grève générale en Biélorussie brandie par la figure de proue de l'opposition Svetlana Tikhanovskaïa : elle a lancé un ultimatum au président Alexandre Loukachenko : il doit quitter le pouvoir le 25 octobre au plus tard. Alors que la police biélorusse est désormais autorisée à utiliser des armes létales dans les manifestations, le président sortant, qui s'accroche au pouvoir, esquisse aussi des gestes de dialogue avec l'opposition. Alexandre Loukachenko a d'ailleurs tenu à rencontrer en personne ce week-end une douzaine de ses opposants, ceux-là qu'il a fait enfermer. Précisions d'Eric Biegala.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......